mardi 20 octobre 2009

La Souris Déglinguée va fêter ses 31 ans



1979.

Issue aux deux-quarts des bancs du Lycée Hoche de Versailles, La Souris Déglinguée voit le jour avec Taï Luc (chant et guitare) et Jean-Pierre (guitare). Les deux autres quarts du line-up se stabilisent avec Rico (basse) libéré de son service national chez les soldats du Feu et Jean-Claude (batterie) du XVIIIème arrondissement recruté par les annonces à Star's Music à Pigalle.

LSD met au point son répertoire Rue Biot, Place de Clichy, dans un studio de répétitions près du magasin de bandes dessinées, la Chambre d'Orus. Jean-Claude, le batteur, a été recruté de suites à cause de ses performances sur la version primitive de "rock'n'roll vengeance".

Deux semaines plus tard, le 17 février, LSD jouera à Sarcelles au Forum des Cholettes avec les PISSEUX. Un samedi après-midi avec dans la salle la Bande à Milton et tous les punks en exil du Gibus Club et soutenu par le Contingent Eurasien, quelques copains du Golf Drouault, et quelques amis d'enfance qui pouront entendre un morceau qui va devenir "Banlieue Rouge", mais qui s'appelle encore "planête Marx".

Après un concert interdit (dès la balance) dans un lycée de la Porte de Clichy avec Gare du Stade (futur "Ici Paris"), LSD jouera un nombre inévitable de fois au Gibus-Club. LSD se produira également au FIAC de Paris, le 17 Mars au Lycée Balzac de Paris, près de la porte de Clichy, le 20 Avril au Golf Drouaut, à Sartrouville avec Oberkampf le 2 mai.

LSD fait également à Orléans la première partie de Bijou (24 Avril, salle du Baron) et à Lusseaux celle de Starshooter, et le 7 juillet 79 LSD participe au festival "Rocking Orléans" organisé par Dominique Revers d'Alpha, avec Little Bob, Suicide Roméo, Stinky Toys, et les Dogs. Ce soir-là, le public a pû voir la différence de style et d'image de LSD. A la suite du vol d'une partie de son matériel, LSD en a profité pour régler ses comptes en prenant la scène d'assaut avant l'horaire prévu, avec l'aide de quelques camarades de Paris et de Banlieue. Le répertoire de LSD se compose alors de reprises de Cochran et Perkins, et de compositions originales comme "Gretel K.", "Yasmina", "haine, haine, haine", "Jaurès Stalingrad", "Garçon Moderne", "Week End sauvage", "Détachement Féminin Rouge", "Jeunes Voleurs".

Pendant le mois d'août, LSD répète de nouveaux morceaux qui sont "pourquoi ?", "as-tu déjà oublié ?", "Beaucoup de Libertés", et "Jeunes Seigneurs". LSD fait ses derniers concerts au Gibus Club (3-4 août), avant de quitter définitivement les lieux.

En septembre 79, le départ de Jean-Pierre, guitariste au service national, va faire du quatuor un trio entre chaque permission, provoquant au sein du groupe une radicalisation brutale au niveau musical et intellectuel. De cette période est issue "Tendance Négative", tandis que le public de LSD se marginalise de plus en plus, squatters de Saint-Blaise, militaires en permission, voyous de banlieue devenus skins des Halles… se retrouvent au Saint à St Michel les 14 et 15 novembre, à la mjc Saint-Médard à Jussieu en décembre 79, et à la mjc Censier le 15 décembre. Ils ont choisis LSD quoi qu'il advienne.

LSD a vu sur quelle partie de la jeunesse il peut compter désormais tandis que se défilent les journalistes les plus libertaires, et les directeurs artistiques sous cocaïne prenant peur d'un mouvement qu'ils ne comprendront jamais.

Hervé Philippe, ami du groupe, finance l'auto-production d'un 45 intitulé "Haine haine haine" de LSD qui sortira le 1er octobre 1979, et qui sera chroniqué avec bienveillance dans Best et Rock'n'Folk l'année suivante.




www.clandestines79.fr
www.myspace.com/lasourisdeglinguee

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons