lundi 22 novembre 2010

Contente-toi du bonheur, la consolation des médiocres



- Ne serait-ce qu'à cause de ton vocabulaire, tu ne connaîtras jamais l'atroce volupté des grands chagrins d'amour. Mais tout le monde n'a pas la stature d'un tragédien... Contente-toi du bonheur, la consolation des médiocres.
J.Guiomar
- Comme je dis toujours, pour la musique militaire, il y a les Allemands, mais pour l'opéra, les rois, c'est les Italiens.
J.P. Belmondo


C'est par Rimbus via Nicolas que j'apprends avec tristesse le décès de Julien Guiomar à l'âge de 82 ans, monstre sacré du cinéma Français comme l'était Bruno Cremer et qui me touche. Comme lui c'était une figure du cinéma de papa comme je l'aime, un acteur qui a marqué une génération d'ados qui se faisait un plaisir de regarder la dernière séance ou le film présenté par Pierre Tchernia avec monsieur Cinéma.
Sa gueule burinée de breton tel un navigateur de la Route du Rhum aura fait le bonheur des cinéastes et des spectateurs comme moi, ce type avait une gueule comme il n'en existe plus, un putain de grand second rôle comme il en existe peu, il avait tout de sympathique et je suis sur que l'on pouvait passer d'excellente soirée à l'écouter comme cette génération d'acteur encore abordable, sans les emmerder.
Comme je me souviens avoir regarder un PSG-Nantes au coin d'un bar de St-Malo avec l'acteur Claude Brosset, en toute simplicité et avec des verres pleins. Il est aussi décédé et était un grand supporter du club de rugby où mon fils joue actuellement.
La mort de Julien Guiomar me rend nostalgique d'une période où le cinéma était magique, je pense que tout les gens de ma génération comprendront. La photo d'illustration, magnifique,  vient du journal Ouest France

Une scène de l'Incorrigible avec Bebel :)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons