mardi 7 décembre 2010

Faut-il rétablir la Corvée Nationale



L'ami Romain lance un chaîne typique de discussion de comptoir: faut-il rétablir le Service National?
Bon je n'étais pas tagué mais je m'inscruste.
Je l'ai fait à mon époque et malgré moi, je vivais déjà en couple quand l'appel m'est tombé dessus alors que je croyais qu'il m'avait oublié après mes 7 années d'études après le bac ( j'ai l'impression tellement ça m'a paru long et je pourrais largement être ministre, Estrosi l'a bien été). J'avais demandé poliment pendant les 3 jours de pouvoir rester à Paris pour être prêt de ma compagne, ils m'ont envoyé dans la grande Allemagne faire du sport en continu dans un camp semi-disciplinaire avec une moitié de banlieusard de cité chaude parisienne et l'autre moitié de gentil ruraux du Nord-Pas de Calais.

Le bilan:
Joie d'arriver chez les fous et quelques baffes au début pour se faire respecter.
Du sport tout les jours, dur pour moi au début.
Des manoeuvres dans les coins les plus froids d'Allemagne et de France, ils trouvent cela plus drôle.
Obligé de faire du cheval (Régiment de Cuirassé) alors que je n'aime pas ça.
J'étais devenu pilote de char, c'est sympa, sauf pour la mécanique jusqu'à pas d'heure.
J'ai une maîtrise absolu du balai , du seau et du cirage de pompe, on ne fait que ça.
J'ai appris à parler en onomatopée couramment, par exemple: hop heu, hop heu, hue, ga'de vou!
J'ai gagné le droit de faire un stage commando parce que pour eux c'est les vacances et les salaires doublés
Et j'ai les genoux déglingués à force de courir sur les routes.

Sinon, les trucs positifs, c'est que pendant ce service, tout le monde est à la même enseigne, le miséreux de St-Omer comme l'habitant d'Enghien les Bains et ça c'était plutôt bien. J'ai vu des types sans avenir dans le civil signer des prolongations pour avoir un toit.
Et la petite frappe de la cité qui voulait jouer les durs devenait poli et courtois au bout d'un moment.

Maintenant soyons sérieux, le retour du Service Nationale est impossible sous cette forme, cela doit coûter beaucoup trop d'argent aux contribuables, cela emmerde tout le monde, les appelés et les militaires.
Peut-être que pour le remplacer et permettre de servir, on pourrait envoyer les jeunes faire du 115 ou aider pendant des catastrophes naturelles pendant 2 ou 3 mois, cela serait bien utile et cela serait effectué avec une certaine fierté.
Mais je suis d'accord avec Nicolas et Yann dans leur conclusion.

Parce que marcher au pas hein....


[photo chez Monsieur Poireau, nécessaire à cirage]

4 commentaires :

  1. Ne regrette pas d'avoir fait qu'une quinzaine de jours dans cette sorte d'asile d'aliénés où il faut systématiquement saluer un plus con que soi.
    J'ai juste crié de joie en franchissant les grilles, parce que ma liberté fut gagnée de haute lutte, tellement ces tarés voulaient mettre tout le monde au pas.
    Beynes, je me souviens, un camp en rase campagne de la région parisienne, bourré d'intellectuels. (le pied, quoi)

    RépondreSupprimer
  2. C'est marrant comment on peut avoir à la fois des bons et des mauvais souvenirs de cette époque. Le pire que j'ai, c'est l'ennui. Ne rien faire pendant des heures tout en ne sachant pas combien de temps ça va durer...

    RépondreSupprimer
  3. Généralement, on ne retient que les bons souvenirs, mais quand on y pense, c'est vrai que les temps d'ennuis sont long, très long.

    RépondreSupprimer
  4. D'accord pour le : hop, heu, hue gaa'davou, tilt, blob, wizzzz !! :)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons