jeudi 1 septembre 2011

Du chantage à la fermeture d'usine chez Ségolène Royal


Une entreprise française rachète son concurrent, pas pour grossir mais pour l'éliminer, à terme, au nom de la compétitivité.

Ça se passe chez Ségolène Royal en ce moment.

Montupet fer de lance du peu qu'il reste de fonderie aluminium en France a racheté la Fonderie du Poitou Alu (FdPA) et ses 480 employés en 2009 pour une bouchée de pain (800.000 euros) , ce concurrent parfaitement rentable jusqu'à maintenant et travaillant à 85 % pour Renault et 15 % pour PSA devient soudainement non-compétititif par rapport à une autre filliale de Montupet située en Bulgarie. Elle est certainement aussi sous la pression de ces deux constructeurs automobiles en quête de bénéfice plus important.
Montupet présente donc sa solution idéale au Commité d'Entreprise de la FdPA, vous réduisez les salaires de 15% et vous passez de 35h à 39h ou on ferme la boutique. Le tout gentiment proposé quasiment à la veille de la fermeture annuelle.
Tollé général dans la boutique, à l'heure le salaire prends -23%! Vous vous imaginez perdre  -23% du jour au lendemain pour payer votre crédit?
Le CE pose immédiatement un recours contre cette décision de baisse des salaires mais mercredi dernier le TGI de Niort a rejeté ce recours.
Le TGI a décidé que Montupet avait parfaitement le droit d'imposer cette baisse de salaire pour sauver l'entreprise et maintenir les emplois. Personne n'est dupe et l'usine est fermé depuis vendredi.

En bref, l'entreprise achète son concurrent trois fois rien pour le maîtriser, ensuite elle le compare avec un autre site du groupe ou les salaires doivent être 5 fois moins élevés, elle se permet de faire du chantage à la fermeture et elle gagne devant la justice.

Merci le Medef, merci Sarkozy, merci l'Europe.

5 commentaires :

  1. Bah il faut voter pour elle!!! Elle veut interdire les licenciements boursiers, donc ce genre de procédé mafieux aurait toutes les difficultés du monde pour se faire!!! Et comme en plus, elle encourage les salariés à reprendre leur entreprise en coopérative... Voilà! Il fallait pas voter pour Sarkozy en 2007!!! Vous pouvez encore rectifier le tir et voter en 2012 pour Ségolène Royal!!!

    RépondreSupprimer
  2. et tout ça est déciddé dans des bureaux par des ingéieurs à PAris qui n'ont jamais mis les pieds dans les dites usines mais dont le travail est de faire de savants calculs pour faire gagner des sous aux entreprises... et ils prennent cher pour ca !

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pense que cela soient des ingénieurs, mais plutôt les requins estampillés "grandes écoles de commerce and Co" !!!
    Demandez aux ingénieurs autour de vous ce qu'ils pensent du top-management et de la stratégie de l'entreprise, vous n'allez pas être déçu !!!
    Mon ex, ingénieur de son état, est à deux doigts de voter Mélanchon aux présidentielles.... c'est vous dire...

    RépondreSupprimer
  4. Les patrons voyous, ce n'est malheureusement pas une vue de l'esprit...

    RépondreSupprimer
  5. @Ju,
    Anonyme (c'est chiant comme pseudo) a raison, les ingés subissent plutôt la loi du marché et des actionnaires.

    @Kalondour,
    Et ils se cachent de moins en moins.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons