mardi 21 janvier 2014

Pacte de responsabilité, ça sent l'embrouille

Dors, salarié, dors...

L'ami Sarkofrance rappelle qu'après les quelques jours d'euphorie après l'annonce du pacte de responsabilité et le million d'emplois promis par le patron du Medef, une enquête auprès d'une centaine de patrons  montre une grande prudence de ceux-ci et de la déception face à la reprise. Un discours entendu des dizaines de fois lors des bilans de fin d'année dans les entreprises après la publication des résultats. Par anticipation, il faudra être vigilant, en attendant vous travaillerez  plus et pour le même prix pour la pérennité de la boite. Les embauches ce n'est pas possible vu la conjoncture, les dividendes à verser  aux actionnaires et le tarif de la semaine de ski à Davos.
Pierre Gattaz lui même commence à rectifier le tir après s'être fait un peu allumer par sa base, il n'a jamais été question de promesse de 1 million d'emploi créé en échange des 30 millions d'euros offerts aux patrons, il a même apporté selon lui le Pacte de responsabilité "sur un plateau" au président François Hollande dans sa grande bonté de servir la France.
On a beau être habitué, à force de se faire avoir, ça titille le fondement et comme le rappelle Thierry Lepaon de la CGT, on en est déjà  à 230 milliards d’euros d’aides et d’exonérations (droite et gauche confondus) sans que l’on puisse en mesurer l’efficacité. Comme lui je suis assez gêné de voir qu'un gouvernement de gauche touche au socle de la protection sociale.
Aujourd'hui le chef de l'Etat a reçu les partenaires sociaux pour ses vœux aux "acteurs de l'entreprise et de l'emploi". Patrons et syndicats souhaitaient des précisions, notamment sur les "contreparties", il a réitéré devant eux ses chantiers comme "la diminution des prélèvements pesant sur le travail", "la fiscalité des entreprises", "la simplification" et les "contreparties.". Je m'attends toujours au pire mais malgré tout et toujours comme le patron de la CGT,  j’ai envie que la gauche réussisse, que la France réussisse, que les salariés puissent vivre normalement sans se faire constamment rabaisser par le patronat.
Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que ça sent quand même l'arnaque tout ça.

14 commentaires :

  1. Bah, faut espérer que ce sera différent cette fois-ci. Quant à Lepaon, s'il a envie que la gauche réussisse, il ne suffit pas de le dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux mais je connais des Mélenchon qui ne le disent même pas.

      Supprimer
    2. Ah bon, et qu'est-ce qu'il doit faire ?

      Supprimer
    3. Que toute la gauche ou les gauches tirent dans le même sens je suppose.

      Supprimer
    4. La CGT est un syndicat et non un parti politique...Elle défend les intérêts des salariés qui sont complètement malmenés par la politique mise en œuvre actuellement...Même si dans ses statuts, la CGT se prononce pour un changement de la société sur des bases progressistes, c'est le principe de l'autonomie du syndicalisme,

      Supprimer
  2. Comme je suis un gentil garçon je ne vous le souhaite nullement, mais j'ai l'impression que les électeurs de gauche sincères vont se la prendre bien profond. Une quenelle d'anthologie ! Heureusement, il restera toujours les hochets sociétaux (le mariage guignol hier, la parité et l'avortement aujourd'hui, le droit de vote des bronzés demain, etc.) pour amuser le bon peuple.

    (Remarquez, les électeurs de droite ne sont pas mieux lotis…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes bien urbain, je vous remercie.

      Supprimer
    2. Ne me traitez pas d'urbain, espèce d'alcoolique de gauche, puisque je vis à la campagne et que je préférerais crever que de retourner en ville !

      Supprimer
    3. Alcoolique, c'est vite dit, je suis un amateur à coté de certains.
      Pour la campagne je suis d'accord, j'ai toujours l'intention d'être un proche voisin d'ailleurs.

      Supprimer
  3. Et pendant ce temps là, on ne parle pas du coût du capital...Ce pacte de compétitivité est en effet une arnaque comme les autres...Comme le CICE, pour lequel les bénéficiaires n'auront aucune justification à donner...Une note interne de la Direction Générale des Finances Publiques vient en effet de préciser qu'aucun contrôle ne sera fait sur l'utilisation de ce CICE...Logique ! Après toutes les suppressions d'emplois qu'a subi cette direction (encore 2002 emplois supprimés par la loi de finances 2014), l'administration ne va quand même pas perdre son temps à embêter les patrons...ça, c'est une vraie politique de gauche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toutes façons, ce n'est jamais assez pour les patrons, Davos commence et ils n'ont pas l'air d'être inspiré par le pacte proposé, les pays ultra-libéraux sont bien plus intéressant pour leurs grosses affaires.

      Supprimer
  4. Salut Fred,
    Le truc le plus acadabradantesque dans tout cela c'est que 100 milliard par an, en comptant un salaire annuel brut un peu supérieur au SMIC, arrondissons à 20.000 euros, c'est de quoi embaucher 5 millions de fonctionnaires par an et réduire le chômage à ZERO.
    CQFD
    Embauchons 5 millions de fonctionnaires plutôt que d'engraisser les porcs.
    Il y a un truc que je comprend pas. Suis-je con ou est-ce tout le monde qui est aveugle aux chiffres dès que l'on parle en milliard ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commençons par mieux utiliser les fonctionnaires.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons