dimanche 24 janvier 2016

Les assistés se portent bien



La France est sous le charme d'Emmanuel Macron, surtout depuis sa dernière petite phrase choc qui mettait le pauvre petit entrepreneur au même niveau qu'un ouvrier smicard. Enfin, quand je dis la France, c'est surtout la France des patrons, du Medef à ceux qui militent politiquement pour eux.
Je ne sais pas de quel genre d'entrepreneur parlait Macron mais je pense que si le Medef s'est intéressé à cette petite phrase il y avait évidement un intérêt fourbe dans l'histoire, de quoi réclamer quelques milliards supplémentaires pour les premiers assistés de France: Les patrons.

C'est vrai quoi merde, qui décide de fermer des usines quand les dividendes ne sont plus assez élevés? Qui entretient la misère et la pression avec des salaires toujours plus bas? Qui veut supprimer les 35 heures et le CDI sans s'être casser un ongle de sa vie au boulot?

Il faut réformer le pays de manière radicale comme le demande l'immonde Serge Dassault par exemple? Commençons par expliquer la vraie vie de salariés aux patrons chialeurs parce que pour l'instant ces derniers se portent très bien, trop bien, notamment grâce à des petits gars comme Macron.

19 commentaires :

  1. Pour mon billet du soir, je cherchais un mot qui rime avec Macron.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de ne pas en trouver qui n'ont pas été déjà fait.

      Supprimer
  2. Très bon billet, Macron va prendre cher ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait deux billets de suite sur sa pomme, je vais commencer à ne plus l'apprécier.

      Supprimer
  3. autant de clichés en si peu de phrase... chapeau! Même si je désapprouve la dernière sortie de Macron sur les heures sup... et bien d'autres parce que ce gouvernement ne fait rien pour les vraies créatrices d'emplois que sont les TPE, favoriser une politique de l'offre est un non sens total, les débouchés des entreprises étant si restreints en ce moments. Mais là vous faites fort. Entrepreneure dans le bâtiment, je me casse autant les ongles que les salariés, peut être âcre que je les ai plus longs allez savoir... Il feraient bien mieux d'obliger les banques par exemples à faire leur travail et non à refuser tout crédit aux entreprises comme c'est le cas actuellement mais c'est sur c'est pas à Davos qu'ils vont trouver les vrais gens qui vont leur expliquer leur quotidien hein!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux en rajouter, surtout dans le bâtiment. Ceci dit vous avez complètement raison pour les banques.

      Supprimer
    2. comme partout il y a des vrais cons, mais il en existent aussi qui se battent...

      Supprimer
  4. Le MEDEF ne défend pas les entrepreneurs. Le MEDEF défend les grands patrons placés à a la tête des grandes entreprises par l'Etat (c'est ce qu'on appelle le capitalisme de connivence).

    Serge Dassault n'est pas un entrepreneur.

    Veuillez ne pas confondre entrepreneurs et patron. Merci.

    RépondreSupprimer
  5. Une chose à rajouter.

    Je ne sais pas si, globalement, la vie d'un entrepreneur/indépendant est plus difficile ou pas que celle d'un salarié (personne ne le sait, il n'y a aucune étude sérieuse et exhaustive) ce qui est sur en revanche, c'est qu'un salarié est globalement mieux protégé, a moins de responsabilité et ne gagne pas forcément moins qu'un entrepreneur/indépendant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça risque de changer malheureusement, sans aller, j'espère jusqu'aux idées moyenâgeuses du cancérologue Wauquiez.

      Supprimer
    2. Je ne vois pas pourquoi un salariés devrait être plus ou moins protégé qu'un entrepreneur ou un indépendant...

      C'est exactement le même principe que les régimes spéciaux. Pourquoi certains salariés devraient ils avoir des privilèges et pas d'autres ?

      Quand on voit comment le RSI est géré par exemple, il y a une énorme, gigantesque différence de traitement entre salariés et indépendants qui ne se justifie en rien.

      C'est "marrant" comme ce sont ceux qui réclame le plus d'égalité qui sont les plus conservateurs sur les avantages et privilèges des uns et des autres...

      Wauquiez est effectivement un tocard de première...

      Supprimer
  6. Méchants patrons , gentils salariés :

    Si ces malheureuses victimes salariées otages de ces patrons vautours sans pitié et sans coeur arrêtaient de pleurer et nous montraient comment ils feraient eux-mêmes en montant leurs propres boîtes sans exploiter ni licencier, en partageant les richesses et en distribuant généreusement des Zakissociaux, des salaires mirobolants, des congés à volonté, des semaines de 20 heures.
    Fastoche de hurler au loup quand on est tranquillement et sans risques à attendre que tout tombe tout cuit.
    Il faut avoir vraiment un QI de bulot pour passer sa vie à se laisser maltraiter par un patron.
    Salauds d'patrons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Macron n'a pas parlé de patron mais d'entrepreneur.

      Sinon ce que vous dites est parfaitement caricatural.

      D'abord tout le monde n'a pas les capacités (intellectuelles ou financières) ou l'envie d'être entrepreneur.

      Ensuite, compte tenu du taux de chômage en France et de la faible probabilité de trouver un travail quand on quitte le sien ou qu'on se fait virer je comprends les gens qui se laissent maltraiter par un patron.

      Enfin, oui, de nombreux salariés ont tendance à se plaindre alors qu'ils ne se rendent pas compte des difficultés d'être entrepreneurs et des protections dont ils bénéficient par rapport à leur patron.

      Ceci dit, je trouve encore plus lamentable les lamentations et suppliques et des patrons (ceux affilié au MEDEF) qui eux n'ont absolument aucune idée de ce que c'est que d'être un "petit" salariés dans les boites qu'ils dirigent.

      Je vous rappelle quand même que la BCE, soutenu par le gouvernement français et la banque de France, distribue actuellement des milliards d'euros aux grosses entreprises (par l'intermédiaire de taux d’intérêt extrêmement bas).
      Soi-disant pour relancer la croissance, la consommation et l'inflation.
      Et que font ces sociétés ? Elles distribuent des dividendes et rachètent leurs actions.

      Et tout ça avec l'argent des contribuables et des salariès car au final, ce seront eux qui paieront les folies monétaires de la BCE.

      Donc oui, le salariés française est peut être un tire-au-flanc sur-protégés trop lâche pour se sortir les doigt du cul et prendre son destin en main mais en même temps, je le comprends vu les exemple qu'on lui montre (fonctionnaires, syndicats, patrons, politiciens).

      Supprimer
  7. Ces salariés n ont qu ' à monter eux mêmes des boites de salariés qui ne produiraient que des salariés , se mariraient entre salariés ,se reproduiraient entre salariés ,feraient des grèves anti salariés ,
    le grand soir des salariés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles comme un chômeur assisté qui profite de la société.

      Supprimer
    2. Faut dire que l'Etat fait tout pour que ce soit vraiment simple et facile de monter une boite...

      Le gouvernement fait tout pour que la croissance et/ou l'environnement économique permettent la création et le developpement d'entreprises.

      Autant je suis le premier à critiquer les vrais privilégiés du système, à savoir les fonctionnaires (Haut, bas, élus etc...) et les salariés d'entreprise publiques (comme ceux d'EDF par exemple), autant s'en prendre aux salariés comme Aldo le fait est de la malhonnêteté intellectuelle.

      Ceci dit, il est tout aussi malhonnête de voir les tous salariés comme des esclaves et tous les patrons/entrepreneurs comme des esclavagistes avides.

      Supprimer
  8. Je vois les socialistes comme toujours condamnés à la même politique chaque fois qu'ils arrivent au pouvoir. Ils mettent quelques années à se rendre compte que leurs dogmes volent en éclat face à la réalité du terrain et aux élections qui approchent. Ils font donc de gros dégâts pendant quelques années pour mettre en pratique leur religion : ils dilapident la richesse du pays, font fuir les investisseurs, lèvent impôt sur impôt, pondent une nouvelle réglementation par heure, touchent hardiment aux institutions - et pour toujours l'espèrent-ils-, ils essayent sans relâche d'imprimer une pensée progressiste dans la tête des gens à coups de semonces et d'avertissements, puis devant les faits, ils sont contraints d'opérer ce que tout le monde appelle un virage à droite, se donnent les pleins pouvoirs, ne jurent plus que par l'entreprise, l'autorité de l'Etat, la répression de la délinquance et la guerre à l'extérieur. Mais comme ils ont amené le contraire aussi durablement qu'ils l'ont pu, c'est difficile, surtout que leur base ne comprend pas, que le pays est tourneboulé, et que le chômage sévit de plus belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " ils dilapident la richesse du pays, font fuir les investisseurs, lèvent impôt sur impôt, pondent une nouvelle réglementation par heure, touchent hardiment aux institutions - et pour toujours l'espèrent-ils"

      Vous parlez de Sarkozy là, non ?

      "Je vois les socialistes comme toujours condamnés à la même politique chaque fois qu'ils arrivent au pouvoir."

      Vous parlez de la droite là, non ?

      Le type doit voter UMP/LR, voir pour des socialistes d'extrême droite (FN) donc oui, il est probablement con....

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons