lundi 18 mai 2015

La dette, c'est chouette

Samedi soir chez Ruquier j'écoutais Christophe Alévêque faire la promotion de son bouquin sur la dette et j'avais un oeil sur Twitter pour lire les éminents spécialistes de la finance et de l'économie qui commentaient en direct. Je savais les vrais économistes chiants à écouter globalement mais j'ai découvert qu'il y a autant de pseudo économistes en France que de sélectionneurs de l'équipe de France de football. Même Maitre Eolas s'y est mis pour vanner l'humoriste, c'est dire.
En tout cas ça m'a donné envie de le lire ce petit livre de vulgarisation parce qu'on ne connaît pas complètement cette dette dont on nous rabâche tous les jours le besoin d'austérité et que je n'ai pas particulièrement envie de me taper un pavé pour m'expliquer que tout est de ma faute et que mon travail coûte trop cher.
Et parce que ça m'emmerde de constater que quand les très riches deviennent de plus en plus très riche, il existe des petits rigolos à droite de l'échiquier politique pour nous dire qu'il faudrait encore leur donner des avantages.
La dette, c'est chouette mais il y a des limites.

18 commentaires :

  1. Rassurez vous, le montant mirifique de la dette française, 2000 milliards d'euros de bilan +2300 milliards hors bilan, n'est ni de votre faute ni de la faute du travail trop cher.

    C'est uniquement de la fautes de nos gouvernants (présidents, ministres, députés, sénateurs, maires, présidents de conseils régionaux etc...) qui ont pour principe et pour seul objectif de dépenser de l'argent qu'ils n'ont pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu le principe du crédit de dépenser de l'argent qu'on n'a pas.

      Supprimer
    2. Et un crédit ça se rembourse. C'est le principe.

      Et on emprunte pas plus que ce qu'on peut rembourser. C'est le principe.

      Supprimer
  2. La vidéo et l'explication de Clémentine Autain est un monceau de mensonges et de contre-vérités. Elle ne connait visiblement rien à l'économie, à la finance et à la fiscalité.

    Elle oublie que la France est le pays avec la plus grosse pression fiscale au monde.

    Un bel exemple de propagande qui séduira les crétins que fabrique l'Education Nationale.

    Elle oublie (ou probablement qu'elle ne le sait pas) que les engagements de l'Etat sur les retraites et la sécu (2300 milliards) sont de la dette hors bilan et se rajoute au 2000 milliards que l'on doit déjà...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez hop, je vais essayer de m’intéresser de plus près à cette dette.

      Supprimer
    2. Bonne idée, mais évitez les délires de Clementine Autain ou Alévêque...

      Supprimer
    3. Ah oui mais j'ai des convictions aussi!

      Supprimer
    4. Vous avez des convictions c'est bien, mais il y a la réalité aussi... Si les convictions reposent sur des mensonges, des contre-vérité et des approximations, je ne vois pas vraiment l’intérêt d'être convaincu...

      En plus, les arguments de d'Autain sont très facilement démontables...

      Supprimer
  3. Je vais répondre à l'interview d'Alévêque mais chez moi, sinon ça va être trop long ici et ça va vous faire chier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'interview elle-même n'était pas très intéressante, j'ai surtout retenu le nom de son bouquin.

      Supprimer
  4. Je ne sais pas qui peut encore croire que tous les pays du monde rembourseront leurs dettes un jour.
    Rembourser à qui d'ailleurs ? Aux banques, que les gouvernements, de droite, de gauche, libéraux, sociaux-démocrates etc...s'empressent de renflouer dès qu'elles merdoient (rien qu'en France, Société Générale, Crédit Lyonnais...).
    Mais bon, "dette", "crise", ça fait bien flipper.
    Et c'est bien connu, la peur fait consommer. C'est le principal.
    http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/05/03/la-mort-a-la-tele-donne-envie-dacheter/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les plus porteurs de dettes ne sont pas les banques mais les compagnies d'assurances, les fonds de retraites, les investisseurs institutionnels (les gros asset manager genre Amundi, Natixis AM, AXA-IM etc...).

      De plus, au final ce sont les particuliers, clients des assurances et des assets managers, qui possède la dette.

      Donc en ne remboursant pas comme le suggère Clementine Autain, ce sont des particuliers qui sont spoliés.

      Supprimer
    2. Mouais, je ne suis pas économiste, vous avez pu le constater, ni dans la tête de Clémentine Autain, mais cette idée de "rembourser la dette" me parait illusoire.Je dois être un brin naïf.
      (Désolé pour le trollage Fred).

      Supprimer
    3. Ça ne me dérange pas, je sens que la dette va être mon dada.

      Supprimer
    4. Qu'on ne rembourse pas toute la dette est une chose, dire que la dette est illégitime et que la cause c'est que les impôts ne sont pas assez élevés en est une autre...

      Supprimer
    5. Mais de la part d'une personne qui n'a jamais travaillé dans une société privée, qui n'a jamais entreprit et qui s'est systématiquement fait subventionner, il y a une certaine cohérence...

      Supprimer
  5. "Mais de la part d'une personne qui n'a jamais travaillé dans une société privée, qui n'a jamais entreprit et qui s'est systématiquement fait subventionner, il y a une certaine cohérence..."Sans faute d’orthographe, on pourrait avoir un développement un petit plus costaud ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons