vendredi 19 juillet 2019

Réchauffement climatique


#CharlieHebdo

vendredi 12 juillet 2019

Toubab durable

#CharlieHebdo

mardi 9 juillet 2019

Libre-échange (no futur)



Make Planet great poubelle, on y va doucement mais sûrement. 
#CharlieHebdo

dimanche 30 juin 2019

[Pin-Up] Lily Rosado



Semaine bof, chaleur et donc mauvaise humeur. Je reviens à l'état solide ce soir, l'état liquide ne me réussit pas, je suis du Nord bordayl! 
Et vive Lily Rosado et ses rideaux comme à la maison!

dimanche 23 juin 2019

Archi connu


Je connais les Yvelines à vélo comme ma poche, contrairement aux automobilistes perdus dans un verre d'eau.
Les traces en rouge sont mes trajets plus ou moins réguliers, en loisirs ou en vélotaf, le pâté est ma zone. Mais même dans une zone restreinte, tellement restreinte qu'elle fait parfois 500m de longueur, j'entends dire "oui mais sans ma voiture c'est pas possible".
Et mon cul sur la commode?

jeudi 20 juin 2019

Joindre l'utile à l'agréable



#CharlieHebdo

dimanche 16 juin 2019

[Pin-Up] Jessica Habit



Un physique à la Bettie Page, Jessica Habit m'habite.

Photo: Linden Adams

lundi 10 juin 2019

L'étape 4






C'était ce samedi avec un départ au club de Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines.

8 juin 2019.

Dernière étape et la plus importante car elle signifie la validation pour la participation au Paris-Brest-Paris en cas de réussite, autrement dit j'ai quand même bien stressé les jours précédents avec une météo qui ne s'annonçait pas trop bien. J'avais le souvenir du 400 avec une nuit de déluge avant le départ, là c'est Miguel qui s'était incrusté la veille pour pimenter l'ambiance.
Nuit pas terrible et réveil difficile à 3h30, je n'avais pas trop d'avance finalement pour le départ à 4h30, j'avais prévu de rouler avec un copain de club et je suis arrivé, comme d'habitude, limite à la bourre. Petit stress supplémentaire quand je suis allé sur mon balcon, ça soufflait énormément avec des nuages qui filait d'ouest en est.
Pas trop eu le temps de papoter pendant les formalités au contrôle du départ que je filais direct pour le rattraper, il avait 5mn d'avance, j'étais dans le bain avec un départ rapide.
Je le rattrape avec deux autres cyclos du club, j'apprends que nous n'étions que 36 inscrits pour ce 600 réputé difficile et assez représentatif de ce qui nous attend au PBP, je constate dès le départ que le vent va bien nous pourrir la vie.
15 km après le départ, un cyclo du groupe crève, ça commence bien. Il faisait encore nuit et le changement de chambre à air à la frontale et au réveil, c'est vraiment pas le top. 20 mn de perdu mais nous repartons déjà refroidi. A la première cote, nous nous retrouvons à deux, on laisse tomber en se disant qu'ils iront à leur rythme et on ne les reverra plus, nous avons appris plus tard qu'ils avaient abandonné après plusieurs crevaisons. Nous avons roulé d'une traite vers le premier point de contrôle à Mortagne-au-Perche (km134), le vent de face nous faisait faire des efforts pas possible et la moyenne était minable, il était 11h15 et j'avais l'impression de avoir fait le double de kilométrage.
On repart vers Bagnoles-de-l'Orne pour une étape de presque 100km et toujours face à ce satané vent qui finira par se calmer vers 17h, il y aura une pause abricot-banane à Sées, j'en avais une envie dingue et je ne pensais qu'à ça. Ça m'a fait du bien, la traversée de la belle route forestière de Carrouges fut un moment de vélo très agréable, nous n'avons croisé personne et nous n'entendions que le vent dans les arbres, par moment on se serait cru en montagne. Par contre les dégâts de la tempête était visible et la piste ressemblait plus à du gravel qu'à du vélo de route, les descentes étaient dangereuses à cause des branches d'arbres en travers, il a même fallu porté le vélo pour passer un arbre mais cette partie était vraiment sympa.
Arrivée sous le soleil à Bagnoles-de-l'Orne (km221) que je ne connaissais pas, je découvre une belle ville touristique et nous prenons un verre et une glace en terrasse et au soleil en compagnie d'un cyclo qui abandonnera à cause de douleur au ventre. L'accalmie sera de courte durée en voyant les nuages noires arriver et c'est tant mieux, le lieu était trop beau. Après le vent, la flotte mais pas trop longtemps puisque le pire nous attendait, les lignes droites vallonnées à perte de vue, le genre de truc qui te file le moral à zéro. Les 100km jusqu'à Ernée, je les ai roulé mécaniquement, sans faire attention au paysage et sans trop regarder devant moi, c'était la partie la plus routière en terme de voiture et la plus horrible en terme de vélo, je ne retiendrais que le point extrême du BRM vers l'ouest à Saint-Hilaire-du-Harcouët, ça sentait bon les vacances avec le panneau indiquant la direction de St-Malo et du Mont-Saint-Michel, même si je pensais plutôt au Mont-Saint-Miguel à cause du vent. Et pendant ces lignes droites de malheur j'ai eu le temps de penser à beaucoup de choses.
L'arrivée à Ernée (km313) à 21h30 a été un soulagement, j'ai rejoint le copain qui m'avait laissé à ma 350ème pause pipi après St-Hilaire, je lui avais dis que je le rattraperai, je n'ai jamais pu.
Nous avons pointé dans un bar encore ouvert et où une vingtaine de jeune qui faisaient une pause mariage autour d'une bière en terrasse nous ont invité à leur grande tablée, c'était très sympa mais la vue de toutes ces pintes étaient une torture pour moi, ils voulaient nous payer la tournée mais j'ai fait tache avec ma limonade et mon café. Nous sommes reparti pour le prochain point de contrôle où le club nous avait réservé un plateau repas dans un resto, il y a encore plus de 40km à faire, il était plus de 22h, ça commençait à être long. Heureusement il n'y avait plus de vent et de toutes façons nous étions déjà en direction de l'est, je n'ai pas vu les kilomètres passées et nous sommes arrivés un peu avant minuit à Lassay-les-Châteaux (km356). Le club avait bien fait les choses, l'accueil au resto était super et les buffets froid et chaud étaient à volonté, un vrai repas pendant un BRM est un luxe bien appréciable. J'ai tenté une approche avec la propriétaire pour profiter de ses banquettes mais elle n'était pas très chaude. Le Crédit Mutuel a coté nous a accueilli pour la nuit, ça tombe bien c'est ma banque.
Après une nuit de 3h ou j'ai validé l'oreiller gonflable de chez Decathlon c'est le départ la tête dans le gaz vers Villaines-la-Juhel pour une trentaine de kilomètre qui ne restera pas en mémoire, le gros morceau vers Mortagne-au-Perche pour la deuxième fois nous attendait et j'espérais un vrai petit déjeuner. Finalement arrivé au point de contrôle (km469) un peu avant 10h, j'avais plus envie d'un coca et d'un café qu'autre choses, il faut dire qu'on n'avait rien vu d'intéressant pour s'arrêter et j'avais fini par prendre un sandwich jambon-emmental de ma réserve en guise de petit-déjeuner. Le plus marrant c'est qu'on a pointé au même bar que la veille mais avec 360km de plus dans les jambes, nos têtes ne devaient plus être les mêmes et ça devait commencer à sentir le fennec.
Enfin, il restait le plus dur moralement, faire le retour par la même route qu'à l'aller même si à partir de Châteauneuf-en-Thymerais et ses rades dignes de Groland le relief est plus cool et la route n'était devenue qu'une succession de mini étapes trop connues pour nous qui roulions régulièrement dans le coin. La circulation entre Maintenon et Rambouillet m'a paru abominable tellement ça circulait vite, c'est à se demander si les automobilistes arrivent un jour à se décontracter au volant. 
La fin du parcours dans la célèbre cote des 17 tournants à Dampierre m'a fait découvrir le charme d'un circuit de motos et de voitures vroumvroum, ça monte et ça descends à fond. Je n'ai pas eu le temps d'avoir peur mais il faut avouer qu'avec 580 km dans les jambes et le début de ras-le-bol, ce n'est pas ce qu'on espère pour finir tranquillement. Ceci dit, même si je n'ai pas fait un temps record dans cette cote ni dans celle de Port-Royal après (la dernière), elles m'ont paru facile comparée aux multiples toboggans du Perche.
Ce BRM était un avant-goût du Paris-Brest-Paris pour le relief, c'est à dire qu'il y a jamais de plat, ça promet. Je n'ai jamais été si heureux de rentrer dans ma ville plate mais il faut bien dire que le vent de face de l'aller m'a bien rincé dès le début.
Sur les 36 partants, il y a eu 3 abandons et il parait, même si je n'ai pas été le plus rapide, que je n'avais pas le visage marqué à l'arrivée par rapport à certains, mais je cache bien mon jeu.


mardi 4 juin 2019

Peuple ingrat

La campagne jaune de la France Insoumise pour les élections européennes  a été un foirage monumental mais on pouvait s'en douter un peu tellement le gros du mouvement des gilets de bagnole sentait le relent du populisme de comptoir dès les premiers jours.


#charliehebdo

dimanche 2 juin 2019

Claudia Brücken - Kiss like Ether



C'est dimanche mais je ne vais pas faire un billet de pin-up pour une fois, même je suis plutôt laborieux de ce coté là en ce moment. J'ai plutôt envie de mettre une belle vidéo en live de Claudia Brüken. Si vous ne connaissez la charmante dame c'était la chanteuse du groupe Propaganda qui avait eu son petit succès dans les années 90 avec l'excellent album que j'ai du écouter des millions de fois: "A Secret Wish".
Accessoirement, Claudia Brücken ne me laissait pas indiffèrent et aujourd'hui je lui trouve un charme terrible, je vous laisse vous faire votre avis avec un titre de sa carrière solo: "Kiss like Ether".


dimanche 19 mai 2019

[Pin-Up] Dapper Dan Doll



A vélo tout est toujours plus beau! Une nouvelle fois avec Dapper Dan Doll
Même photographe (Soliz) qu' Alli Peach Hamilton le vélo est le même.

Archaïsme



Je pense que l'azimuté complotiste Steve Bannon peut s'abonner, Valeurs Actuelles a le vent en poupe grâce aux valeurs moisies à la mode en Europe et aux Etats-Unis. 
Femme occidentale, prépare-toi à fermer ta gueule et rester dans ta cuisine, les évangélistes nous apportent un mode de vie similaire aux islamistes sur un plateau . Nous sommes bien en 2019.

lundi 13 mai 2019

L'étape 3



L'hôtel de ville de Honfleur la nuit



C'était ce week-end avec un départ au club de Bois d'Arcy dans les Yvelines.

11 mai 2019.

Après une nuit d'angoisse à écouter le déluge tomber depuis mon lit, j'appréhendais sérieusement le départ à 16h, au réveil la météo était catastrophique mais je n'ai pas trop eu le temps de cogiter il fallait que j'emmène ma smala se faire garder chez leur grande sœur dans le Val d'Oise, deux heures de voiture pour déstresser il y avait mieux. 
Malgré tout j'ai eu le temps de préparer mes affaires tranquillement au retour et surtout dans le calme pour ne rien oublier, et je n'ai pas eu à reprendre la voiture, le départ était à 5km de mon domicile, un luxe non négligeable. 
Parti en avance pour ne pas arriver au dernier moment comme sur le 300 de Longjumeau, j'avais rendez-vous avec mes collègues de club pour un coucou (ils roulent trop vite pour moi) et un pote qui tenait à faire son premier 400 avec moi, j'ai rencontré d'autres personnalités bien connues du monde cyclo, notamment Blaser et Kim du groupe Vélotaf. 
Après les formalités d'inscription , j'étais prêt et serein avant la nuit blanche, le soleil était au rendez-vous et le moral était au top avant d'aller voir la mer. 
Le départ s'est fait en petit groupe par sécurité, la circulation était assez dense et nous avons prit la direction de l'ouest en passant par la base de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines, ce qui nous a évité le flux de bagnoles du samedi après-midi vers les centres commerciaux, une bonne idée du club de Bois d'Arcy. Jusqu'à Houdan nous avons eu deux averses dont une de grêle, ça commençait moyen, en faisant une pause vêtement, Blaser et Kim nous passe devant, je savais que je ne les retrouverai jamais nous n'avons pas le même rythme. La météo s'arrangeait en fin d'après-midi et nous avons roulé sans soucis jusqu'à récupérer Kim en petite forme pour une petite centaine de kilomètre en tout, c'était sympa. A deux kilomètre du premier pointage à Breteuil , une crevaison du copain de club avec une bonne perte de temps à changer une chambre à air dans un pneu monté au chausse-pied, j'ai rarement vu ça. Breteuil  et sa mairie atypique (ancienne chapelle), un bar et on tamponne vite fait le carton, il est 21h et nous n'avons fait que le quart. La nuit s'annonçait et nous filons vers Lisieux, nous nous sommes légèrement trompé dans la trace et nous avons pris une route plus fréquentée mais comme nous étions à une dizaine de kilomètre nous avons continué pour ne pas perdre de temps.
Arrivée vers minuit à Lisieux pour le deuxième pointage, nous avons trouvé de suite un rade sympa (les Sœurs Pinard)  pour faire la fête, avec concert et des tournées de bière qui faisaient envie, il fallait rester sérieux d'autant plus qu'à cette heure, les gens qui sortaient du bar nous prenaient pour des fous. Du coup le tamponnage des cartes nous a pris un temps fou.
Direction Deauville ou nous sommes arrivés vers 2h du matin, rien d'ouvert à part une boite de nuit dans le centre, nous avons donc répondu à la question secrète, nous n'avons pas trainé et nous avons pris immédiatement la direction de Honfleur. La mer à Deauville à 2h du matin quand il reste plus de 200 kilomètre à faire, on s'en fout un peu finalement. 
J'avais oublié, pourtant j'ai fait le même trajet l'année dernière, qu'entre Deauville et Honfleur, c'est loin d'être plat, en fait ça grimpe plutôt bien en sortant de Trouville et nous sommes arrivé à Honfleur pour le quatrième pointage une heure plus tard. Rien d'ouvert à part deux charmantes personnes à la fenêtre de leur hôtel et question secrète trouvée facilement. Pause bouffe courte il commençait à cailler sévère, heureusement à la sortie de Honfleur en direction La Rivière Saint Sauveur nous attendait une bonne grimpette comme je ne les aime pas pour digérer, au moins ça réchauffe.  
A partir de ce moment, il a fait vraiment froid, jusqu'à -2 dans les champs et je n'ai pensé qu'à un café chaud et des croissants, il a fallu attendre l'ouverture des commerces, nous avons donc roulé jusqu'à 7h30 environ avant de dévaliser une boulangerie qui faisait du café, la bonne idée du siècle. C'était à quelques kilomètres du cinquième pointage mais je ne pouvais plus attendre, j'ai pris deux café double direct. Nous avons bien fait d'ailleurs parce qu'à Quittebeuf, il n'y avait rien.
Heureusement le brouillard et le froid ont laissé la place au soleil, je me suis allégé en vêtement et le moral revenait au plus haut même si je savais qu'après Ivry la Bataille, le sixième pointage arrivé vers 11h, j'allais récupérer mes grimpettes favorites que je déteste. Le mot est faible, non seulement je les connais bien mais le froid de la nuit m'avait bien entamé, je commençais à sentir la fatigue et le ras-le-bol mais j'avais hâte de rentrer. 
Il a fallu passer par le dernier pointage à Thoiry que je n'ai pu faire dans le bar principal tellement il y avait de poivrasses à l'apéro, il était presque 13h. La boulangerie à coté a fait le service. 
L'arrivée à 14h m'a fait du bien, la dernière cote pute aussi, elle est connue de ceux du coin et même de Jalabert. J'ai mangé le meilleur sandwich au rillettes du monde et bu une première bière qui était un vrai bonheur malgré le bas de gamme.
J'ai mangé plus salé que sucré pendant le trajet et ça me va très bien, 6 mini sandwichs et des Babybel avec quand même quelques barres et deux bananes. 
BRM 400 validé, le 600 est dans un mois et il sera bien plus difficile que celui de l'année dernière.


dimanche 5 mai 2019

[Pin-Up] Alli Peach Hamilton



A vélo tout est plus beau! Encore plus avec Alli Peach Hamilton

Photo: Soliz

samedi 4 mai 2019

Morne Europe



Je ne vous cache pas que je n'ai aucune motivation pour les élections européennes et encore moins pour suivre la campagne des partis politiques. Le PS, pour qui je devrais voter et qui va certainement se prendre une baffe, ne me fait pas envie. 
Je crois que je vais laisser tout ce petit monde se débrouiller avec leurs avis sur les gilets jaunes. 
Les gilets jaunes, ce mouvement rassemblant finalement peu de personnes mais qui dure depuis 25 semaines, auront quelques listes aux européennes et il faut voir la tronche des listes proposées pour ne pas regretter de n'avoir jamais soutenu une radicalisation qui ne souhaitait que la baisse du prix du  mazout et l'arrêt de la limitation à 80 km/h,  combats ringards digne du siècle dernier.
Je n'attends rien du gouvernement actuel et j'ai aussi envie de passer à autre chose mais les trois années à venir vont être longue et ces élections européennes sont malheureusement polluées par cette haine anti-Macron et le populisme à la mode. 
Où sont les gilets jaunes pour ces élections? Une liste conduite par un halluciné, les autres dans des listes d'extrême-droite, et quelques paumés dans ce qu'il reste du PCF. Qui sont les leaders des gilets jaune? Trois baltringues qui font parler d'eux dans les médias qu'ils disent détester. 
Quand je pense qu'on se foutait de la Manif pour tous qui annonçait 500 millions de manifestants et qu'aujourd'hui les partis politiques se focalisent sur 30000 gilets jaunes dans la rue, je me dis qu'il y a pas grand chose à attendre de la politique pour le moment. 
Macron est cramé quasiment depuis le début de son mandat, je voterais évidemment contre lui en 2022 sauf en cas de "barrage" parce qu'il ne faut pas déconner non plus, je préfère laisser les cons avec l'apocalypse qu'ils méritent plutôt que de m'en prendre plein la tête comme après le second tour de 2017 parce que j'ai voté pour lui.

Notez bien ma désillusion pour presque souhaiter le chaos comme un black bloc de base mais:


De toutes façons, le seul gilet jaune que je supporte, c'est celui que je mets quand je roule de nuit à vélo.


dimanche 28 avril 2019

[Pin-Up] Ruby Lead



L'excès de décors vintage me plutôt fait marrer quand je vois ce genre de photo, c'est légèrement ringard mais heureusement que la sublime Ruby Lead nous le fait oublier.

vendredi 26 avril 2019

Immanence et transcendance de la macronbilité

A part prendre 4 ou 5 apéritifs (voire un peu plus tout de même) pour me mettre en condition comme je le disais dans ma réponse adressée à mon camarade Marco, je suis incapable d'expliquer ce charabia à jeun. 

Les collègues du président Macron n'ont pas tout suivi non  plus apparement (photos via @DidierMaisto). 





Malgré tout j'ai pensé aux paroles de cette magnifique chanson d'un (faux) groupe français qui n'existe plus (RIP Michel Sardou en passant):

L'hémorragie de tes désirs
S'est éclipsée sous l'azur bleu dérisoire
Du temps qui se passe
Contre duquel on ne peut rien

Être ou ne pas être
Telle est la question sinusoïdale
De l'anachorète
Hypocondriaque

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Destituées
Et vice et versa
Il faut que tu arriveras
A laminer tes rancœurs dialectiques
Même si je suis con...
... vaincu que c'est très difficile

Mais comme moi, dis-toi
Qu'il est tellement plus mieux
D'éradiquer les tentacules de la déréliction
Et tout deviendra clair

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Destituées
Et vice et versa

Où allons nous?
D'où venons nous?
J'ignore de le savoir
Mais ce que je n'ignore pas de le savoir
C'est que le bonheur
Est à deux doigts de tes pieds
Et que la simplicité réside dans l'alcôve
Bleue, jaune, mauve et insoupçonnée
De nos rêveries
Mauves et bleues et jaunes et pourpres
Et paraboliques
Et vice et versa

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Et qu'il ne faut pas cautionner
L'irréalité
Sous des aspérités absentes
Et désenchantées
De nos pensées iconoclastes
Et désoxydées
Par nos désirs excommuniés
De la fatalité
Destituée
Et vice et versa

jeudi 25 avril 2019

Dernière galette




Hier soir je me suis couché empli de nostalgie. Jean-Pierre Marielle, grande figure du cinéma, acteur charismatique à la voix incroyable et à l'élégance qui se fait rare, était un de ceux qui me garantissaient des belles soirées devant ma télévision bombée. 

Il avait dit un jour "lorsqu'on tourne un navet, on pense à la viande que l'on pourra acheter avec le cachet. Et ça passe bien, je n'ai pas l'estomac délicat.", il avait raison même je n'ai pas le souvenir d'avoir vu un seul nanar avec lui.

mercredi 24 avril 2019

Team bouffon



La team Macron s'amuse à faire des sondages sur Twitter pour se rassurer et se prend une volée. La communication du président est catastrophique depuis le début de son mandat et les plus zélés sur les réseaux sociaux sont en train d'enterrer Emmanuel Macron en beauté.
Vivement que tout ça se termine même si je ne crois pas du tout à la France apaisée en 2022.

vendredi 19 avril 2019

L'UNEF? L'incomprehension, exige la répétition.






L'UNEF (*), ce syndicat étudiant présent partout sauf en Corse (les veinards) dont le but est, en principe, défendre les intérêts des étudiants vire de plus en plus vers les revendications de merde, il faut bien le dire. On les savait proche des mouvements islamistes, racistes (pas celui classique des blancs mais l'autre) et casse-couilles en général mais aussi proche des dangereux débiles sectaires invitées à leurs sauteries organisées dont il faut un mode d'emploi pour la compréhension de ce charabia.
Personnellement je n'ai rien compris au message de cette chère Clémence, si quelqu'un peut m'aider je suis preneur pour la forme. Pour le reste cela reste une organisation qu'il vaudrait mieux dissoudre comme toutes les organisations nuisibles pour la santé mentale des plus faibles.

(*) Je ne mets pas de lien, des enfants peuvent lire.

dimanche 14 avril 2019

[Pin-Up] Sinopa Rin



Hop, c'est le retour de la pin-up du dimanche soir que j'avais temporairement abandonné mais l'anglaise Sinopa Rin m'a vite remis dans le droit chemin.

samedi 13 avril 2019

L'étape 2



Après l'étape 1 forcément il y a la deuxième étape et c'était au départ de Longjumeau, ville sans caractère de l'Essonne, avec panorama sur les avions qui décollent d'Orly. Le réveil à 2h40 fût difficile comme d'habitude, je pense trop dans mon lit quand j'essaye de me coucher de bonne heure.

07 avril 2019.

BRM 300 de Longjumeau validé hier, un de plus en moins. Il y avait du beau monde dont Stefan mais j'ai raté les quelques connaissances de peu et c'est de faute, je suis arrivé pile à l'heure en voiture et le temps de me préparer vite fait tout le monde est parti à 4h pétante, de plus le gars de l'organisation n'avait pas ma carte de pointage, elle a du rester coller à une autre et il a du la refiler à quelqu'un. 
Le temps d'en refaire une et je pars avec 10 mn de retard, ce n'est pas bien grave mais à cette heure matinale c'est frustrant. Les conditions météo étaient presques idéales à part une fraicheur que je n'avais pas ressenti en me levant la tête dans le cul et j'ai regretté de ne pas avoir pris mes surchaussures, j'ai eu froid au pied pendant au moins 100km. 

Le tracé vers le Perche, que je commence à bien connaitre, était sympa et sans difficulté particulière, le froid s'est vite ressenti à la première descente, il ne m'a pas quitté jusqu'au premier pointage à Nogent-le-Roi, j'ai pu me réchauffer un peu en marchant et visiblement il n'y avait pas que moi qui avait froid. L'étape suivant était Brezolles, village sans intéret avec le seul bar qui était fermé, du coup la boulangerie du coin était vite blindée et le temps de taponner sans consommer vu l'humeur de la boulangère je n'ai pas trainé puisque le pointage suivant, la Ferté-Vidame, n'était qu'à 20km de plus l'endroit était plus sympa pour une pose sandwich.
La boulangerie de la Ferté est toujours aussi nulle, je l'avais déjà fréquenté l'année dernière sur un autre 300 bornes, le choix des sandwichs était jambon-beurre ou jambon-emmental, je m'attendais à mieux mais j'ai fait avec en prenant un éclair au chocolat industriel pire que ceux qu'on trouve dans les hypermarchés, la misère dans nos campagnes remplies de gilets jaunes qui ne savent pas que le mal vient d'eux. L'essence est chère mais pas assez pour aller pour aller flâner dans les zones commerciales et laisser crever les centres villes, bref. Je ne sais pas si les organisateurs previennent quand 200 cyclos déboulent mais les vendeuses étaient vites débordées.
Direction Bonneval et ses terrasses de café sympatique qui donnaient envie de se poser, certains l'ont fait mais je sais que si je m'asssoie j'aurais du mal à repartir, je mange un petit sandwich que j'avais dans ma réserve et je pars rapidement. D'autant plus que j'avais eu la mauvaise idée de crever 10km avant, mon Rubino Pro a 10000km et je pense qu'il est grand temps de le changer. L'étape suivante de 80km à travers la beauce était longue et monotone mais pour une fois, pas de vent de face, donc ça roulait pas mal et sans trop de circulation. A Saint-Chéron au km 278 pour le dernier pointage, juste une boulangerie d'ouverte, j'aurais bu une citerne de limonade mais je me suis contenté d'un coca et d'un autre éclair industriel. Il restait 27kms mais l'arrêt un peu trop long m'a tué, je n'avais plus de jus, sensation terrible d'impuissance que j'avais pas connu depuis longtemps, j'ai commencé à emerger à 10km de l'arrivée, il était temps que ça se finisse encore une fois.

vendredi 12 avril 2019

Bonjour les vieux



Etrange quinquennat que celui de Macron, élu à la fois pour la nouveauté et contre la mère Le Pen il risque fort de se prendre un mur à pleine vitesse.
Aujourd'hui, on peut le dire, il ne plaît à plus grand monde, ni à droite, ni à gauche et encore moins chez les vieux, pourtant enclins à voter pour les idées les plus moisies et réactionnaires, cela va le perdre.
Macron, il fait une politique de droite qui ne satisfait pas à droite parce que ça touche aussi les électeurs de droite, il est trop fort. 

mardi 9 avril 2019

L'étape 1



Il y a presque quatre ans, en tant que spectateur,  je voyais partir les 6000 randonneurs du Paris-Brest-Paris 2015. Après une pause vélo de quelques années où je n'ai pensé qu'à faire des enfants j'ai vu la lumière ce jour là et j'ai décidé de reprendre les choses sérieuses. Je venais de quitter mon bled pourri du Val d'Oise pour une agglomération sympa et dynamique des Yvelines et à deux kilomètres de mon domicile j'avais le 4ème club cyclo de France, je ne pouvais pas manquer le Paris Brest Paris 2019.

Vu la demande il fallait déjà assurer quelques grosses distances dès 2018, passer des Brevets de Randonneurs Mondiaux officiels pour espérer une pré-inscription, j'ai donc validé 300, 400 et 600 km. Plus le kilométrage était élevé, plus la date de pré-inscription était tôt en 2019, ce que j'ai fait. Il me reste donc à passer les 4 étapes de 2019.

17 mars 2019.

BRM 200 de Flins validé dans le vent et un peu dans la douleur, je n'aurais pas fait 10 kms de plus. 
Je stressais pas mal dernièrement à cause de mon manque de roulage et de ma méforme actuelle due à des ennuis de santé mais ça s'est bien passé, le copain de club qui m'accompagnait et sur qui je comptais n'est pas tombé sur un boulet, les relais se sont bien passés quand nous avons eu le gros vent dans la tronche. 
Au niveau de la météo nous avons de la chance, si le départ en bagnole de Saint-Quentin-en-Yvelines s'est fait sous la flotte et le froid nous sommes arrivés sur place au sec avec du ciel dégagé. La première partie a été relativement difficile, le vent de face assez violent était bien là jusqu'au premier point de contrôle à Chérisy et la moyenne ressemblait plus à de la rando de vacances qu'à un BRM. La montée vers le nord jusqu'à Louviers a été une formalité de même que le trajet jusqu'au point de contrôle aux Andelys. 
Formalité parce que le pote qui nous attendait devant son portail à Pacy-sur-Eure (il savait qu'on passait devant et je lui avais envoyé un sms 5km plus tôt) n'a pas réussi à nous faire rentrer pour une pause bière, à 110 km de l'arrivée c'était trop tôt.
Pas beaucoup de pluie et ça c'était vraiment cool. On a vraiment eu l'impression que les nuages étaient passés avant nous. Je n'ai pas regretté mon pneu neuf arrière parce que la route était trempé du début à la fin et je n'avais vraiment pas envie de crever. La fin était un peu pénible, je connaissais le trajet identique au BRM 400 de l'année dernière et le vent, censé nous aider pour le retour avait un peu tourné ce fourbe. Comme d'habitude, les tout derniers kilomètres ont été inintéressant au milieu de la circulation automobile du dimanche soir, j'ai même eu un début de crampe à 5km de l'arrivée en voulant fuir un gros carrefour vite fait en danseuse. 
Le club de Flins organisateur accueille le retour des cyclos avec des hot-dogs et de la 1664, bien agréables et bien venus !


mercredi 27 mars 2019

Discrimination



Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes bachées ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. Merci Charlie pour ce moment de rigolade.


dimanche 24 mars 2019

[Pin-Up] Kara Spade



Kara Spade est parfaite pour ce dimanche soir et elle le sera pour deux dimanche de suite avec effet rétroactif. Comme son nom l'indique et pour cause de brevet cyclo de 200 bornes (spade, vélo, lol) je n'ai pas ouvert mon ordinateur en rentrant sous le déluge il y a une semaine. Par contre j'ai pu ouvrir une bière de 75cl pour le contrôle anti-dopage et comme c'était agréable j'en ai ouvert une deuxième pour bien dormir.

dimanche 10 mars 2019

[Pin-Up] Stefania Ferrario



Les semaines se suivent et se ressemblent mais à partir de demain sawachié puisque mon traitement médical s'est terminé ce matin et que je peux enfin me la donner sur les pédales! 
Bon dimanche avec l'opulente Stefania Ferrario !

dimanche 3 mars 2019

[Pin-Up] Stephie Danger



Des couleurs avec Stephie Danger dans cette noirceur quotidienne et surtout un dimanche de merde.
J'avoue que c'est pas trop la pêche depuis un bon mois maintenant mais ça devrait aller vers le mieux.

Photo: Soliz Images

dimanche 24 février 2019

[Pin-Up] April Lynne



9ème billet de pin-up de suite, ce blog tourne mal mais ce n'est pas grave, j'ai toujours des choses à écrire mais je n'ai pas le temps.
Comme l'opulente April Lynne, la saison cyclo s'annonce chaude et dense mais ce n'est pas pour me déplaire!

dimanche 17 février 2019

[Pin-Up] Anastasia Kole



En route vers le printemps, à Venice in L.A. précisément avec Anastasia Kole. Par ce temps magnifique et de Paris, le trajet doit être plus rapide que Deauville.

dimanche 10 février 2019

[Pin-Up] Sophie Luscious



Sophie Luscious nous montre l'exemple, bientôt le soleil et la plage!

Photo: Moss

lundi 4 février 2019

[Pin-Up] Ruby Luster


La pin-up du dimanche un lundi, il y avait longtemps! Mais j'avais des circonstances atténuantes. 
Et Ruby Luster est parfaite au lit dans le rôle de Betty Page

dimanche 27 janvier 2019

[Pin-Up] Miss Molly Moore



J'aurais bien mis une pin-up en rouge puisque c'est la couleur du jour mais pour un dimanche Miss Molly est parfaite, les bricoleurs comprendront.

Photo: Michael Ballard

dimanche 20 janvier 2019

[Pin-Up] Redmodelmag



Vive le vélo! Je ne connais pas le petit nom de la dame de chez Redmodelmag mais j'aime beaucoup.

dimanche 13 janvier 2019

[Pin-Up] Keara Darling


Oulala Keara Darling !

dimanche 6 janvier 2019

[Pin-Up] Suzy Babi


Comme diraient les gilets jaunes, on en a gros ! Suzy Babi au pouvoir !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons