Second degré

 


Lors de la galette à l'Elysée, Emmanuel Macron a salué "la France humble, silencieuse, au travail".

L'extrait vient d'un article de Paris Match à propos de la "galette républicaine", article sympathique avec peu de mots et beaucoup de photos comme avec leur habitude, la mollesse des mots, l'hypnose des photos. Tout va bien, la France travaille et mange de la galette. 

Je pense qu'il faut le prendre au second degré, à l'aise. Du moins pour ceux qui aiment la galette.

Sauf que moi depuis quelques jours j'ai vu la lumière depuis la polémique lancée malgré lui. En effet Fabien Roussel m'a fait plaisir avec ses tweets sur  la bonne bouffe pour tous et depuis je ne pense qu'à voter pour lui.

"Un bon vin, une bonne viande, un bon fromage : c’est la gastronomie française. Le meilleur moyen de la défendre, c’est de permettre aux Français d’y avoir accès"

Le bonheur et la vérité mais la France des insoumis a réagi comme s'elle avait marché dans la merde, les gentils militants de Jonluck se sont arrêtés au premier point et la gastronomie française est devenue fasciste. Le pauvre Fabien Roussel s'est pris une averse de merde sur les réseaux sociaux par ses plus fidèles ennemis.




Le dessin de Mouffette, idole islamo-gauchiste chez la jeunesse Jonlukisme, est assez rigolo dans son genre, les Insoumis complètement soumis à Mélenchon ont liké en masse ce dessin  alors qu'en fait c'est la petite étudiante fille à papa calée en histoire de France sur les réseaux sociaux avec option  assemblée décolonialiste qui est ridicule en se posant des questions existentielles de débilos face à une évidence du candidat communiste.

Ce dessin est à prendre au second degré, comme tout ce qui concerne l'existence des insoumis et la ferveurs de leurs militants depuis le début de la création du parti. Enfin j'espère.


Commentaires

Enregistrer un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Posts les plus consultés de ce blog

La machine à faire des rébus

Que va-t-on faire d'eux?