dimanche 16 juin 2019

[Pin-Up] Jessica Habit



Un physique à la Bettie Page, Jessica Habit m'habite.

Photo: Linden Adams

lundi 10 juin 2019

L'étape 4






C'était ce samedi avec un départ au club de Montigny-le-Bretonneux dans les Yvelines.

8 juin 2019.

Dernière étape et la plus importante car elle signifie la validation pour la participation au Paris-Brest-Paris en cas de réussite, autrement dit j'ai quand même bien stressé les jours précédents avec une météo qui ne s'annonçait pas trop bien. J'avais le souvenir du 400 avec une nuit de déluge avant le départ, là c'est Miguel qui s'était incrusté la veille pour pimenter l'ambiance.
Nuit pas terrible et réveil difficile à 3h30, je n'avais pas trop d'avance finalement pour le départ à 4h30, j'avais prévu de rouler avec un copain de club et je suis arrivé, comme d'habitude, limite à la bourre. Petit stress supplémentaire quand je suis allé sur mon balcon, ça soufflait énormément avec des nuages qui filait d'ouest en est.
Pas trop eu le temps de papoter pendant les formalités au contrôle du départ que je filais direct pour le rattraper, il avait 5mn d'avance, j'étais dans le bain avec un départ rapide.
Je le rattrape avec deux autres cyclos du club, j'apprends que nous n'étions que 36 inscrits pour ce 600 réputé difficile et assez représentatif de ce qui nous attend au PBP, je constate dès le départ que le vent va bien nous pourrir la vie.
15 km après le départ, un cyclo du groupe crève, ça commence bien. Il faisait encore nuit et le changement de chambre à air à la frontale et au réveil, c'est vraiment pas le top. 20 mn de perdu mais nous repartons déjà refroidi. A la première cote, nous nous retrouvons à deux, on laisse tomber en se disant qu'ils iront à leur rythme et on ne les reverra plus, nous avons appris plus tard qu'ils avaient abandonné après plusieurs crevaisons. Nous avons roulé d'une traite vers le premier point de contrôle à Mortagne-au-Perche (km134), le vent de face nous faisait faire des efforts pas possible et la moyenne était minable, il était 11h15 et j'avais l'impression de avoir fait le double de kilométrage.
On repart vers Bagnoles-de-l'Orne pour une étape de presque 100km et toujours face à ce satané vent qui finira par se calmer vers 17h, il y aura une pause abricot-banane à Sées, j'en avais une envie dingue et je ne pensais qu'à ça. Ça m'a fait du bien, la traversée de la belle route forestière de Carrouges fut un moment de vélo très agréable, nous n'avons croisé personne et nous n'entendions que le vent dans les arbres, par moment on se serait cru en montagne. Par contre les dégâts de la tempête était visible et la piste ressemblait plus à du gravel qu'à du vélo de route, les descentes étaient dangereuses à cause des branches d'arbres en travers, il a même fallu porté le vélo pour passer un arbre mais cette partie était vraiment sympa.
Arrivée sous le soleil à Bagnoles-de-l'Orne (km221) que je ne connaissais pas, je découvre une belle ville touristique et nous prenons un verre et une glace en terrasse et au soleil en compagnie d'un cyclo qui abandonnera à cause de douleur au ventre. L'accalmie sera de courte durée en voyant les nuages noires arriver et c'est tant mieux, le lieu était trop beau. Après le vent, la flotte mais pas trop longtemps puisque le pire nous attendait, les lignes droites vallonnées à perte de vue, le genre de truc qui te file le moral à zéro. Les 100km jusqu'à Ernée, je les ai roulé mécaniquement, sans faire attention au paysage et sans trop regarder devant moi, c'était la partie la plus routière en terme de voiture et la plus horrible en terme de vélo, je ne retiendrais que le point extrême du BRM vers l'ouest à Saint-Hilaire-du-Harcouët, ça sentait bon les vacances avec le panneau indiquant la direction de St-Malo et du Mont-Saint-Michel, même si je pensais plutôt au Mont-Saint-Miguel à cause du vent. Et pendant ces lignes droites de malheur j'ai eu le temps de penser à beaucoup de choses.
L'arrivée à Ernée (km313) à 21h30 a été un soulagement, j'ai rejoint le copain qui m'avait laissé à ma 350ème pause pipi après St-Hilaire, je lui avais dis que je le rattraperai, je n'ai jamais pu.
Nous avons pointé dans un bar encore ouvert et où une vingtaine de jeune qui faisaient une pause mariage autour d'une bière en terrasse nous ont invité à leur grande tablée, c'était très sympa mais la vue de toutes ces pintes étaient une torture pour moi, ils voulaient nous payer la tournée mais j'ai fait tache avec ma limonade et mon café. Nous sommes reparti pour le prochain point de contrôle où le club nous avait réservé un plateau repas dans un resto, il y a encore plus de 40km à faire, il était plus de 22h, ça commençait à être long. Heureusement il n'y avait plus de vent et de toutes façons nous étions déjà en direction de l'est, je n'ai pas vu les kilomètres passées et nous sommes arrivés un peu avant minuit à Lassay-les-Châteaux (km356). Le club avait bien fait les choses, l'accueil au resto était super et les buffets froid et chaud étaient à volonté, un vrai repas pendant un BRM est un luxe bien appréciable. J'ai tenté une approche avec la propriétaire pour profiter de ses banquettes mais elle n'était pas très chaude. Le Crédit Mutuel a coté nous a accueilli pour la nuit, ça tombe bien c'est ma banque.
Après une nuit de 3h ou j'ai validé l'oreiller gonflable de chez Decathlon c'est le départ la tête dans le gaz vers Villaines-la-Juhel pour une trentaine de kilomètre qui ne restera pas en mémoire, le gros morceau vers Mortagne-au-Perche pour la deuxième fois nous attendait et j'espérais un vrai petit déjeuner. Finalement arrivé au point de contrôle (km469) un peu avant 10h, j'avais plus envie d'un coca et d'un café qu'autre choses, il faut dire qu'on n'avait rien vu d'intéressant pour s'arrêter et j'avais fini par prendre un sandwich jambon-emmental de ma réserve en guise de petit-déjeuner. Le plus marrant c'est qu'on a pointé au même bar que la veille mais avec 360km de plus dans les jambes, nos têtes ne devaient plus être les mêmes et ça devait commencer à sentir le fennec.
Enfin, il restait le plus dur moralement, faire le retour par la même route qu'à l'aller même si à partir de Châteauneuf-en-Thymerais et ses rades dignes de Groland le relief est plus cool et la route n'était devenue qu'une succession de mini étapes trop connues pour nous qui roulions régulièrement dans le coin. La circulation entre Maintenon et Rambouillet m'a paru abominable tellement ça circulait vite, c'est à se demander si les automobilistes arrivent un jour à se décontracter au volant. 
La fin du parcours dans la célèbre cote des 17 tournants à Dampierre m'a fait découvrir le charme d'un circuit de motos et de voitures vroumvroum, ça monte et ça descends à fond. Je n'ai pas eu le temps d'avoir peur mais il faut avouer qu'avec 580 km dans les jambes et le début de ras-le-bol, ce n'est pas ce qu'on espère pour finir tranquillement. Ceci dit, même si je n'ai pas fait un temps record dans cette cote ni dans celle de Port-Royal après (la dernière), elles m'ont paru facile comparée aux multiples toboggans du Perche.
Ce BRM était un avant-goût du Paris-Brest-Paris pour le relief, c'est à dire qu'il y a jamais de plat, ça promet. Je n'ai jamais été si heureux de rentrer dans ma ville plate mais il faut bien dire que le vent de face de l'aller m'a bien rincé dès le début.
Sur les 36 partants, il y a eu 3 abandons et il parait, même si je n'ai pas été le plus rapide, que je n'avais pas le visage marqué à l'arrivée par rapport à certains, mais je cache bien mon jeu.


mardi 4 juin 2019

Peuple ingrat

La campagne jaune de la France Insoumise pour les élections européennes  a été un foirage monumental mais on pouvait s'en douter un peu tellement le gros du mouvement des gilets de bagnole sentait le relent du populisme de comptoir dès les premiers jours.


#charliehebdo

dimanche 2 juin 2019

Claudia Brücken - Kiss like Ether



C'est dimanche mais je ne vais pas faire un billet de pin-up pour une fois, même je suis plutôt laborieux de ce coté là en ce moment. J'ai plutôt envie de mettre une belle vidéo en live de Claudia Brüken. Si vous ne connaissez la charmante dame c'était la chanteuse du groupe Propaganda qui avait eu son petit succès dans les années 90 avec l'excellent album que j'ai du écouter des millions de fois: "A Secret Wish".
Accessoirement, Claudia Brücken ne me laissait pas indiffèrent et aujourd'hui je lui trouve un charme terrible, je vous laisse vous faire votre avis avec un titre de sa carrière solo: "Kiss like Ether".


dimanche 19 mai 2019

[Pin-Up] Dapper Dan Doll



A vélo tout est toujours plus beau! Une nouvelle fois avec Dapper Dan Doll
Même photographe (Soliz) qu' Alli Peach Hamilton le vélo est le même.

Archaïsme



Je pense que l'azimuté complotiste Steve Bannon peut s'abonner, Valeurs Actuelles a le vent en poupe grâce aux valeurs moisies à la mode en Europe et aux Etats-Unis. 
Femme occidentale, prépare-toi à fermer ta gueule et rester dans ta cuisine, les évangélistes nous apportent un mode de vie similaire aux islamistes sur un plateau . Nous sommes bien en 2019.

lundi 13 mai 2019

L'étape 3



L'hôtel de ville de Honfleur la nuit



C'était ce week-end avec un départ au club de Bois d'Arcy dans les Yvelines.

11 mai 2019.

Après une nuit d'angoisse à écouter le déluge tomber depuis mon lit, j'appréhendais sérieusement le départ à 16h, au réveil la météo était catastrophique mais je n'ai pas trop eu le temps de cogiter il fallait que j'emmène ma smala se faire garder chez leur grande sœur dans le Val d'Oise, deux heures de voiture pour déstresser il y avait mieux. 
Malgré tout j'ai eu le temps de préparer mes affaires tranquillement au retour et surtout dans le calme pour ne rien oublier, et je n'ai pas eu à reprendre la voiture, le départ était à 5km de mon domicile, un luxe non négligeable. 
Parti en avance pour ne pas arriver au dernier moment comme sur le 300 de Longjumeau, j'avais rendez-vous avec mes collègues de club pour un coucou (ils roulent trop vite pour moi) et un pote qui tenait à faire son premier 400 avec moi, j'ai rencontré d'autres personnalités bien connues du monde cyclo, notamment Blaser et Kim du groupe Vélotaf. 
Après les formalités d'inscription , j'étais prêt et serein avant la nuit blanche, le soleil était au rendez-vous et le moral était au top avant d'aller voir la mer. 
Le départ s'est fait en petit groupe par sécurité, la circulation était assez dense et nous avons prit la direction de l'ouest en passant par la base de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines, ce qui nous a évité le flux de bagnoles du samedi après-midi vers les centres commerciaux, une bonne idée du club de Bois d'Arcy. Jusqu'à Houdan nous avons eu deux averses dont une de grêle, ça commençait moyen, en faisant une pause vêtement, Blaser et Kim nous passe devant, je savais que je ne les retrouverai jamais nous n'avons pas le même rythme. La météo s'arrangeait en fin d'après-midi et nous avons roulé sans soucis jusqu'à récupérer Kim en petite forme pour une petite centaine de kilomètre en tout, c'était sympa. A deux kilomètre du premier pointage à Breteuil , une crevaison du copain de club avec une bonne perte de temps à changer une chambre à air dans un pneu monté au chausse-pied, j'ai rarement vu ça. Breteuil  et sa mairie atypique (ancienne chapelle), un bar et on tamponne vite fait le carton, il est 21h et nous n'avons fait que le quart. La nuit s'annonçait et nous filons vers Lisieux, nous nous sommes légèrement trompé dans la trace et nous avons pris une route plus fréquentée mais comme nous étions à une dizaine de kilomètre nous avons continué pour ne pas perdre de temps.
Arrivée vers minuit à Lisieux pour le deuxième pointage, nous avons trouvé de suite un rade sympa (les Sœurs Pinard)  pour faire la fête, avec concert et des tournées de bière qui faisaient envie, il fallait rester sérieux d'autant plus qu'à cette heure, les gens qui sortaient du bar nous prenaient pour des fous. Du coup le tamponnage des cartes nous a pris un temps fou.
Direction Deauville ou nous sommes arrivés vers 2h du matin, rien d'ouvert à part une boite de nuit dans le centre, nous avons donc répondu à la question secrète, nous n'avons pas trainé et nous avons pris immédiatement la direction de Honfleur. La mer à Deauville à 2h du matin quand il reste plus de 200 kilomètre à faire, on s'en fout un peu finalement. 
J'avais oublié, pourtant j'ai fait le même trajet l'année dernière, qu'entre Deauville et Honfleur, c'est loin d'être plat, en fait ça grimpe plutôt bien en sortant de Trouville et nous sommes arrivé à Honfleur pour le quatrième pointage une heure plus tard. Rien d'ouvert à part deux charmantes personnes à la fenêtre de leur hôtel et question secrète trouvée facilement. Pause bouffe courte il commençait à cailler sévère, heureusement à la sortie de Honfleur en direction La Rivière Saint Sauveur nous attendait une bonne grimpette comme je ne les aime pas pour digérer, au moins ça réchauffe.  
A partir de ce moment, il a fait vraiment froid, jusqu'à -2 dans les champs et je n'ai pensé qu'à un café chaud et des croissants, il a fallu attendre l'ouverture des commerces, nous avons donc roulé jusqu'à 7h30 environ avant de dévaliser une boulangerie qui faisait du café, la bonne idée du siècle. C'était à quelques kilomètres du cinquième pointage mais je ne pouvais plus attendre, j'ai pris deux café double direct. Nous avons bien fait d'ailleurs parce qu'à Quittebeuf, il n'y avait rien.
Heureusement le brouillard et le froid ont laissé la place au soleil, je me suis allégé en vêtement et le moral revenait au plus haut même si je savais qu'après Ivry la Bataille, le sixième pointage arrivé vers 11h, j'allais récupérer mes grimpettes favorites que je déteste. Le mot est faible, non seulement je les connais bien mais le froid de la nuit m'avait bien entamé, je commençais à sentir la fatigue et le ras-le-bol mais j'avais hâte de rentrer. 
Il a fallu passer par le dernier pointage à Thoiry que je n'ai pu faire dans le bar principal tellement il y avait de poivrasses à l'apéro, il était presque 13h. La boulangerie à coté a fait le service. 
L'arrivée à 14h m'a fait du bien, la dernière cote pute aussi, elle est connue de ceux du coin et même de Jalabert. J'ai mangé le meilleur sandwich au rillettes du monde et bu une première bière qui était un vrai bonheur malgré le bas de gamme.
J'ai mangé plus salé que sucré pendant le trajet et ça me va très bien, 6 mini sandwichs et des Babybel avec quand même quelques barres et deux bananes. 
BRM 400 validé, le 600 est dans un mois et il sera bien plus difficile que celui de l'année dernière.


dimanche 5 mai 2019

[Pin-Up] Alli Peach Hamilton



A vélo tout est plus beau! Encore plus avec Alli Peach Hamilton

Photo: Soliz
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons