dimanche 19 mai 2019

[Pin-Up] Dapper Dan Doll



A vélo tout est toujours plus beau! Une nouvelle fois avec Dapper Dan Doll
Même photographe (Soliz) qu' Alli Peach Hamilton le vélo est le même.

Archaïsme



Je pense que l'azimuté complotiste Steve Bannon peut s'abonner, Valeurs Actuelles a le vent en poupe grâce aux valeurs moisies à la mode en Europe et aux Etats-Unis. 
Femme occidentale, prépare-toi à fermer ta gueule et rester dans ta cuisine, les évangélistes nous apportent un mode de vie similaire aux islamistes sur un plateau . Nous sommes bien en 2019.

lundi 13 mai 2019

L'étape 3



L'hôtel de ville de Honfleur la nuit



C'était ce week-end avec un départ au club de Bois d'Arcy dans les Yvelines.

11 mai 2019.

Après une nuit d'angoisse à écouter le déluge tomber depuis mon lit, j'appréhendais sérieusement le départ à 16h, au réveil la météo était catastrophique mais je n'ai pas trop eu le temps de cogiter il fallait que j'emmène ma smala se faire garder chez leur grande sœur dans le Val d'Oise, deux heures de voiture pour déstresser il y avait mieux. 
Malgré tout j'ai eu le temps de préparer mes affaires tranquillement au retour et surtout dans le calme pour ne rien oublier, et je n'ai pas eu à reprendre la voiture, le départ était à 5km de mon domicile, un luxe non négligeable. 
Parti en avance pour ne pas arriver au dernier moment comme sur le 300 de Longjumeau, j'avais rendez-vous avec mes collègues de club pour un coucou (ils roulent trop vite pour moi) et un pote qui tenait à faire son premier 400 avec moi, j'ai rencontré d'autres personnalités bien connues du monde cyclo, notamment Blaser et Kim du groupe Vélotaf. 
Après les formalités d'inscription , j'étais prêt et serein avant la nuit blanche, le soleil était au rendez-vous et le moral était au top avant d'aller voir la mer. 
Le départ s'est fait en petit groupe par sécurité, la circulation était assez dense et nous avons prit la direction de l'ouest en passant par la base de loisirs de Saint-Quentin-en-Yvelines, ce qui nous a évité le flux de bagnoles du samedi après-midi vers les centres commerciaux, une bonne idée du club de Bois d'Arcy. Jusqu'à Houdan nous avons eu deux averses dont une de grêle, ça commençait moyen, en faisant une pause vêtement, Blaser et Kim nous passe devant, je savais que je ne les retrouverai jamais nous n'avons pas le même rythme. La météo s'arrangeait en fin d'après-midi et nous avons roulé sans soucis jusqu'à récupérer Kim en petite forme pour une petite centaine de kilomètre en tout, c'était sympa. A deux kilomètre du premier pointage à Breteuil , une crevaison du copain de club avec une bonne perte de temps à changer une chambre à air dans un pneu monté au chausse-pied, j'ai rarement vu ça. Breteuil  et sa mairie atypique (ancienne chapelle), un bar et on tamponne vite fait le carton, il est 21h et nous n'avons fait que le quart. La nuit s'annonçait et nous filons vers Lisieux, nous nous sommes légèrement trompé dans la trace et nous avons pris une route plus fréquentée mais comme nous étions à une dizaine de kilomètre nous avons continué pour ne pas perdre de temps.
Arrivée vers minuit à Lisieux pour le deuxième pointage, nous avons trouvé de suite un rade sympa (les Sœurs Pinard)  pour faire la fête, avec concert et des tournées de bière qui faisaient envie, il fallait rester sérieux d'autant plus qu'à cette heure, les gens qui sortaient du bar nous prenaient pour des fous. Du coup le tamponnage des cartes nous a pris un temps fou.
Direction Deauville ou nous sommes arrivés vers 2h du matin, rien d'ouvert à part une boite de nuit dans le centre, nous avons donc répondu à la question secrète, nous n'avons pas trainé et nous avons pris immédiatement la direction de Honfleur. La mer à Deauville à 2h du matin quand il reste plus de 200 kilomètre à faire, on s'en fout un peu finalement. 
J'avais oublié, pourtant j'ai fait le même trajet l'année dernière, qu'entre Deauville et Honfleur, c'est loin d'être plat, en fait ça grimpe plutôt bien en sortant de Trouville et nous sommes arrivé à Honfleur pour le quatrième pointage une heure plus tard. Rien d'ouvert à part deux charmantes personnes à la fenêtre de leur hôtel et question secrète trouvée facilement. Pause bouffe courte il commençait à cailler sévère, heureusement à la sortie de Honfleur en direction La Rivière Saint Sauveur nous attendait une bonne grimpette comme je ne les aime pas pour digérer, au moins ça réchauffe.  
A partir de ce moment, il a fait vraiment froid, jusqu'à -2 dans les champs et je n'ai pensé qu'à un café chaud et des croissants, il a fallu attendre l'ouverture des commerces, nous avons donc roulé jusqu'à 7h30 environ avant de dévaliser une boulangerie qui faisait du café, la bonne idée du siècle. C'était à quelques kilomètres du cinquième pointage mais je ne pouvais plus attendre, j'ai pris deux café double direct. Nous avons bien fait d'ailleurs parce qu'à Quittebeuf, il n'y avait rien.
Heureusement le brouillard et le froid ont laissé la place au soleil, je me suis allégé en vêtement et le moral revenait au plus haut même si je savais qu'après Ivry la Bataille, le sixième pointage arrivé vers 11h, j'allais récupérer mes grimpettes favorites que je déteste. Le mot est faible, non seulement je les connais bien mais le froid de la nuit m'avait bien entamé, je commençais à sentir la fatigue et le ras-le-bol mais j'avais hâte de rentrer. 
Il a fallu passer par le dernier pointage à Thoiry que je n'ai pu faire dans le bar principal tellement il y avait de poivrasses à l'apéro, il était presque 13h. La boulangerie à coté a fait le service. 
L'arrivée à 14h m'a fait du bien, la dernière cote pute aussi, elle est connue de ceux du coin et même de Jalabert. J'ai mangé le meilleur sandwich au rillettes du monde et bu une première bière qui était un vrai bonheur malgré le bas de gamme.
J'ai mangé plus salé que sucré pendant le trajet et ça me va très bien, 6 mini sandwichs et des Babybel avec quand même quelques barres et deux bananes. 
BRM 400 validé, le 600 est dans un mois et il sera bien plus difficile que celui de l'année dernière.


dimanche 5 mai 2019

[Pin-Up] Alli Peach Hamilton



A vélo tout est plus beau! Encore plus avec Alli Peach Hamilton

Photo: Soliz

samedi 4 mai 2019

Morne Europe



Je ne vous cache pas que je n'ai aucune motivation pour les élections européennes et encore moins pour suivre la campagne des partis politiques. Le PS, pour qui je devrais voter et qui va certainement se prendre une baffe, ne me fait pas envie. 
Je crois que je vais laisser tout ce petit monde se débrouiller avec leurs avis sur les gilets jaunes. 
Les gilets jaunes, ce mouvement rassemblant finalement peu de personnes mais qui dure depuis 25 semaines, auront quelques listes aux européennes et il faut voir la tronche des listes proposées pour ne pas regretter de n'avoir jamais soutenu une radicalisation qui ne souhaitait que la baisse du prix du  mazout et l'arrêt de la limitation à 80 km/h,  combats ringards digne du siècle dernier.
Je n'attends rien du gouvernement actuel et j'ai aussi envie de passer à autre chose mais les trois années à venir vont être longue et ces élections européennes sont malheureusement polluées par cette haine anti-Macron et le populisme à la mode. 
Où sont les gilets jaunes pour ces élections? Une liste conduite par un halluciné, les autres dans des listes d'extrême-droite, et quelques paumés dans ce qu'il reste du PCF. Qui sont les leaders des gilets jaune? Trois baltringues qui font parler d'eux dans les médias qu'ils disent détester. 
Quand je pense qu'on se foutait de la Manif pour tous qui annonçait 500 millions de manifestants et qu'aujourd'hui les partis politiques se focalisent sur 30000 gilets jaunes dans la rue, je me dis qu'il y a pas grand chose à attendre de la politique pour le moment. 
Macron est cramé quasiment depuis le début de son mandat, je voterais évidemment contre lui en 2022 sauf en cas de "barrage" parce qu'il ne faut pas déconner non plus, je préfère laisser les cons avec l'apocalypse qu'ils méritent plutôt que de m'en prendre plein la tête comme après le second tour de 2017 parce que j'ai voté pour lui.

Notez bien ma désillusion pour presque souhaiter le chaos comme un black bloc de base mais:


De toutes façons, le seul gilet jaune que je supporte, c'est celui que je mets quand je roule de nuit à vélo.


dimanche 28 avril 2019

[Pin-Up] Ruby Lead



L'excès de décors vintage me plutôt fait marrer quand je vois ce genre de photo, c'est légèrement ringard mais heureusement que la sublime Ruby Lead nous le fait oublier.

vendredi 26 avril 2019

Immanence et transcendance de la macronbilité

A part prendre 4 ou 5 apéritifs (voire un peu plus tout de même) pour me mettre en condition comme je le disais dans ma réponse adressée à mon camarade Marco, je suis incapable d'expliquer ce charabia à jeun. 

Les collègues du président Macron n'ont pas tout suivi non  plus apparement (photos via @DidierMaisto). 





Malgré tout j'ai pensé aux paroles de cette magnifique chanson d'un (faux) groupe français qui n'existe plus (RIP Michel Sardou en passant):

L'hémorragie de tes désirs
S'est éclipsée sous l'azur bleu dérisoire
Du temps qui se passe
Contre duquel on ne peut rien

Être ou ne pas être
Telle est la question sinusoïdale
De l'anachorète
Hypocondriaque

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Destituées
Et vice et versa
Il faut que tu arriveras
A laminer tes rancœurs dialectiques
Même si je suis con...
... vaincu que c'est très difficile

Mais comme moi, dis-toi
Qu'il est tellement plus mieux
D'éradiquer les tentacules de la déréliction
Et tout deviendra clair

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Destituées
Et vice et versa

Où allons nous?
D'où venons nous?
J'ignore de le savoir
Mais ce que je n'ignore pas de le savoir
C'est que le bonheur
Est à deux doigts de tes pieds
Et que la simplicité réside dans l'alcôve
Bleue, jaune, mauve et insoupçonnée
De nos rêveries
Mauves et bleues et jaunes et pourpres
Et paraboliques
Et vice et versa

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Et qu'il ne faut pas cautionner
L'irréalité
Sous des aspérités absentes
Et désenchantées
De nos pensées iconoclastes
Et désoxydées
Par nos désirs excommuniés
De la fatalité
Destituée
Et vice et versa

jeudi 25 avril 2019

Dernière galette




Hier soir je me suis couché empli de nostalgie. Jean-Pierre Marielle, grande figure du cinéma, acteur charismatique à la voix incroyable et à l'élégance qui se fait rare, était un de ceux qui me garantissaient des belles soirées devant ma télévision bombée. 

Il avait dit un jour "lorsqu'on tourne un navet, on pense à la viande que l'on pourra acheter avec le cachet. Et ça passe bien, je n'ai pas l'estomac délicat.", il avait raison même je n'ai pas le souvenir d'avoir vu un seul nanar avec lui.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons