Un signal fort aux marchés

Je suis à la bourre de lecture de billet pour cause de prise d'otage à l'étranger mais comme Guy Birenbaum , l'initiative d'envoyer un message fort aux marchés est plus que jamais nécessaire, ne serait-ce que pour sauver nos ultra-riches.
Cet appel a été relayé par toute la blogosphère, j'y apporte ma modeste contribution.

Alors pour reprendre une vieille expression footballistique des années 90 sur le net, je dis aux marchés: "Mes couilles sur ton nez".

Parce que voilà, c'est tout.


Commentaires

Publier un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Posts les plus consultés de ce blog

La machine à faire des rébus

100 km à la ronde

Manche à couilles