mercredi 24 avril 2013

Le mur des cons



Il n'a jamais aussi bien porté son nom, le "Mur des cons" est un mur du local du syndicat de la magistrature (SM, bondage toussa) ou des des photos de plusieurs personnalités politiques et autres (surtout de droite) ont été affichées comme un défouloir. Qui n'a jamais rêvé d'avoir son défouloir à tête de cons à soit? Eux l'ont fait et sans surprise la majorité des têtes de noeud à l'affiche sont de droite, ce n'est pas difficile, ce qui énerve les vedettes comme  Nadine Morano, Alain Minc ou Brice Hortefeux, habitués des baffes pourtant.

A noter que les magistrats soulignent que ce mur date de l'époque du quinquennat Sarkozy, une période ou ces magistrats étaient attaqués de toutes parts comme ils disent. C'est vrai que la période actuelle est beaucoup plus calme de ce coté là ...

J'avais pensé à me faire un beau mur à une époque mais il me fallait au moins l'équivalent d'un coté de l'Arche de la Défense pour avoir de la surface.


15 commentaires :

  1. Mais bon, ça commence à bien faire, le tordu qui a filmé, dans un local privé, lui, il ne prend rien?
    Époque de délateurs, c'est pas glorieux.
    Par contre, on s'est bien marré à table avec cette histoire....
    Sarkozy les a bien traités de pédophiles, quand même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais aussi visiter certains locaux syndicaux de la police pour voir :)

      Supprimer
    2. J'peux pas répondre, je n'ai jamais été syndiqué. Mon taff, c'est de mettre les voyous derrière les barreaux, pas de les côtoyer.

      Supprimer
  2. " on découvre sur ce tableau le président d’une association de victimes, dont la fille a été violée et assassinée par Guy Georges [Ndlr : le tueur en série de l’Est parisien convaincu de sept meurtres sans les années 1990]. Et pour parachever l’ignominie, le général Philippe Schmitt, père d’Anne-Lorraine Schmitt, sauvagement assassinée en 2007 dans le RER D ! "

    A mon avis, c'est plutôt ça qui n'est pas glorieux mais qui au final est plutôt éclairant quant à divers jugements rendus difficilement explicables en termes de justice. De là à croire que pour ces gens les vrais ennemis soient les victimes et leurs familles, il n'y a qu'un pas que je ne pense pas être seul à franchir allègrement.

    Mais bon, pour s'indigner de cela, il faut être un minimum concerné par le sort de son prochain, même si c'est une fille de général catholique. Ce qui ne semble pas à la portée du premier gauchiste venu.

    On préfère s'indigner de ce qu'un gazier filme une saloperie qui est affichée dans un local syndical. Car c'est là que réside le véritable scandale.

    Concernant les politiques, je m'en tamponne complètement. De toute manière pour faire ce boulot, il faut avoir un ego plus que sur-dimensionné, ne pas avoir de scrupules, ignorer la honte, chérir le mensonge, etc. De droite comme de gauche, ils méritent de figurer sur ce machin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui enfin bon je ne connais pas ces gens et cela ne me regarde pas, peut-être que ce Général Schmitt est très con malgré le drame de sa vie, JF Copé, par exemple, a l'air sympa quand on l'écoute raconter sa passion du piano. Dans tout les cas, on est toujours le con de quelqu'un.

      Supprimer
    2. Sa connerie a été de s'étonner qu'un type qui n'en était pas à son premier crime sexuel, le premier ayant failli très mal se terminer pour la victime, puisse avoir été relâché comme ça dans la nature. Sa connerie a été de s'étonner que la justice française a contrario de ce qui se fait dans de nombreux pays, se refuse à évaluer la possibilité de récidive des criminels sexuels afin que les mesures adéquates puissent être prises pour protéger la société. Tout cela au nom d'un angélisme qui se révèle souvent criminel parce qu'au nom d'une conception de l'homme totalement débranchée de la réalité de ce qu'est cette population carcérale bien précise, adossée qui plus est à un mensonge grossier qui est celui de la quasi non-récidive de ces criminels.

      Supprimer
  3. Pas d'accord. On peut parfaitement mettre un con une seconde fois, voire une troisième sur le même mur, question de circonstances.
    Et puis quand on aime on ne compte pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, et même dans plusieurs catégories.

      Supprimer
  4. Je plussoie. Que des cons de première classe !

    RépondreSupprimer
  5. Quand on est con, on est con...Le temps ne fait rien à l'affaire (air connu)...Effarant quand même de voir le bal des hypocrites qui se danse sous le mur des cons...Car cette fresque est affichée dans un local syndical qui est un lieu privé, dont l'usage est garanti par la loi républicaine...Alors voir Raffarin et Bartolone pousser dans un bel ensemble, des cris de vierges effarouchées, me rappellent les mânes d'Audiard : "Les cons osent tout, c'est à ça qu'on les reconnaît..."

    RépondreSupprimer
  6. En examinant attentivement la liste des individus sélectionnés par les membres de ce syndicat et, après réflexion, je suis amené à considérer que la dénomination "mur des cons" est une litote!

    Pour rester sur cette aimable litote, il est bien vrai que dans cette liste- d'ailleurs non exhaustive- figure des profils répondant parfaitement à la superbe définition d'AUDIARD.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
PageRank Actuel Classement Top Blogs Twingly BlogRank Licence Creative Commons