mercredi 5 février 2014

Allons à l'essentiel

Une semaine et demi difficile, à gérer des enfants malades, à me gérer aussi. Il y a parfois des gros coups de mou dans la vie, l'accumulation d’événements en fin d'année, de mauvaises nouvelles au boulot et une grande fatigue généralisée ont eu raison de moi ces derniers temps, il y avait longtemps que je n'avais pas été arrêté pour une aussi longue période. J'étais en arrêt pour me reposer, je crois que je vais aimer aller au boulot demain.
Et je ne parle même pas de ces deux manifestations de ces gens que je ne comprendrais jamais tant qu'ils ne m'expliqueront pas pourquoi ils cherchent autant à répondre la merde en France.
Alors quand Manuel Valls croise dans les couloirs de l'Assemblée un Pierre Lellouche qui lui dit qu'il n'a pas apprécié dans une interview sa comparaison entre les rumeurs lancées par ses petits copains de l'extrême droite et une certaine période des années 30 et qui lui lance un direct "Je t'emmerde", je le comprends. Je comprends qu'au bout d'un moment les cons il faut arrêter de discuter avec, ça ne sert à rien puisque de toutes façons comme ils le disent eux-même: "ils ne lâcheront rien".
François Hollande, tu sais pourquoi tu as été élu, tu sais aussi que quoique tu fasses ça n'ira jamais chez les provocateurs du Jour de Colère où la petite bourgeoisie réactionnaire de la Manif pour tous et autres saloperie bigote néo-pétainiste. Alors toi aussi ne lâche rien et respecte ton programme. 

26 commentaires :

  1. Voilà ! Qu'il ne cède pas. Et bon courage à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça va le faire mais 23 ans de réveil à 5h00, ça finit par fatiguer.

      Supprimer
  2. Un bras d'honneur, bien mérité.
    Soigne toi bien.

    RépondreSupprimer
  3. Comme je te comprends.....34 ans de réveil à 5H 30 .pour mon conjoint, perso je suis au chômage (c'est pas mieux )....oui ça fatigue, mais il y a encore plus grave cette ambiance délétère, cette impression que l'on va droit dans le mur, en roue libre.
    "François Hollande, tu sais pourquoi tu as été élu, tu sais aussi que quoique tu fasses ça n'ira jamais chez les provocateurs du Jour de Colère où la petite bourgeoisie réactionnaire de la Manif pour tous et autres saloperie bigote néo-pétainiste. Alors toi aussi ne lâche rien et respecte ton programme"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça pour être délétère, elle est vraiment de merde l'ambiance.

      Supprimer
  4. Soigne toi bien mon camarade...Moi aussi un gros coup de mou quand je vois que ce sont les cons qui tiennent le haut du pavé, et que quand même ça lâche en face...La rue ne nous appartient même plus ! Mais bon, aussi marre d'aller gueuler ou manifester par procuration...La lâcheté individuelle a fait place à l'indignation collective...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un coté voir l'Abrutea Party défiler dans les rues de Paris et mettre mal à l'aise l'UMP et ses idées contradictoires me fait plaisir quelque part, ils ont voulu draguer les électeurs du FN, ils vont se les bouffer maintenant.

      Supprimer
    2. La rue n'appartient à personne et à tout le monde. C'est un bien publique...

      Supprimer
    3. Bof, voir des types défiler pour nous imposer leur dictature, très peu pour moi.

      Supprimer
  5. « La rue ne nous appartient même plus ! »

    Attendrissant cri du cœur !

    RépondreSupprimer
  6. et voilà le Copé qui sort du bois pour revendiquer le mérite du report de la loi famille

    RépondreSupprimer
  7. C'est vrai quoi. C'est quoi ces enfoirés qui se permettent de ne pas être d'accord avec le président élu et de manifester dans les rues . On devrait tous les ficher et leur supprimer le droit de vote. Ca leur ferait les pieds...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand ces abrutis comprendront que la loi sur le mariage pour tous est voté, ils auront déjà bien avancé.

      Supprimer
    2. Il faudra aussi les obliger a porter un insigne pour qu'on les reconnaissent dans la rue. Qu'on peindra également sur les portes de leur maison ou les vitrines de leur commerce. Et dans la foulée , leur interdire certain travail...... Et si ils continuent à ne pas comprendre on a qu'à les parquer par exemple dans des stades . Ce sera plus facile de les contrôler. Qu'en penses tu??

      Supprimer
    3. Que tu écris des conneries et que tu ferais mieux d'aller te coucher.

      Supprimer
  8. Les se font et se défont mon ami. Vous devriez pourtant le savoir, le casqué de l'Elysée a passé ses premiers mois de pouvoir à défaire des lois. Ce n'est pas parce qu'elles ont été votées par un type qui n'a pas été élu pour son programme mais en opposition à un autre, qu'elles sont gravées à jamais dans le marbre.

    Je me souviens il y a des années de cela, d'abrutis, comme vous dites, qui n'ont cessé de défiler contre une loi votée et qui a pourtant été retirée. Elle concernait un truc qui s’intitulait CPE je crois. Ça vous parle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais moi je ne suis pas réactionnaire, je suis pour le progrès, le CPE n'en était pas un.

      Supprimer
    2. Ha oui, c'est vrai, il n'y a que vous qui puissiez définir le progrès...

      Supprimer
    3. Bien sûr. Les contrats précaires voulus par la droite n'est pas un progrès.

      Supprimer
    4. Ouaip ! Le progrès ça consiste à refuser un taff quand ce n'est pas un cdi au nom de la lutte contre la précarité. Le progrès, ça devrait d'abord consister à permettre aux jeunes de se faire une expérience avec des boulots successifs, je l'ai fait à une époque où le chômage n'était pas encore une plaie, à l'époque ça s'appelait l'intérim. Le progrès ça devrait consister à se pencher sur le sort des stagiaires qui se font exploiter par les boîtes. Mais ça, ce n'est pas à l'ordre du jour, parce que cela voudrait dire que Libération et Le Monde vont devoir payer le véritable prix pour un travail qu'ils exigent de la part des stagiaires qu'ils emploient. D'autant que pour en avoir connu 3 ou 4, je me suis rendu compte que les beaux discours sur l'égalité et la solidarité c'est bon pour les colonnes des journaux, l'aristocratie journalistique elle refuse de manger dans la même pièce que la valetaille, les méprise, les pressure jusqu'au trognon.

      Supprimer
    5. Moi aussi j'ai fait de l'intérim, moi aussi j'ai connu des périodes où le chômage n'était pas une plaie mais cela a bien changé depuis. Certaines boites, cac40 et celles qui en dépendent, marchent au chantage sous prétexte qu'en Chine et en Inde, les salariés coûtent moins chers. On m'a déjà expliqué que je coûtais trop cher, ce n'était pas bon pour la marge opérationnelle. D'un autre coté les actionnaires s'engraissent tout les ans et il faudrait accepter des emplois précaires? Dans tes journaux, tu oublies le Figaro de notre pauvre ami Dassault évidemment.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons