samedi 3 novembre 2018

Je n'en pense pas moins



Je ne sais pas d'où sort cette vieille bique qui a le temps, malgré le nombre de kilomètre qu'elle parcours avec sa bagnole, de poster des vidéos digne d'une campagne pro-Le Pen mais je suis d'accord avec le commentaire de ce twittos, ces gens m'emmerdent avec leur gnangnan réactionnaire de comptoir et qui ne pensent qu'à leur petit confort. 
Pour les radars il suffit de respecter la limitation, pour le carburant il suffit d'arrêter de se servir de la bagnole pour un rien, pour la limite à 80 km/h il suffit de savoir prendre son temps et c'est plus économique, c'est quand même pas compliqué?
J'en viens à souhaiter le litre de carburant à 2€ pour tous ces cons qui ne comprennent que dalle.

[Edit du 05/11/2018]

J'en rajoute une couche tellement cette dame est grotesque et aussi parce que j'ai la flemme de faire un billet.

Cette dame ridicule revient sur BFM pour pleurer, son plein lui coute 25 euros de plus que quand c'était mieux avant, le plein du son gros SUV qui bouffe du mazout comme un tank.


Mais on va laisser tomber ses argumentaires quand on connait son activité qui lui fait faire des kilomètres pour trouver des pigeons clients, elle a vu la lumière mais visiblement pas la bonne.


14 commentaires :

  1. C'est une très bonne idée, le carburant à deux euros (mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin : je propose cinq euros, personnellement). Les riches vont pouvoir continuer de rouler comme ça leur chante, et ils ne seront plus gênés par ces salauds de pauvres qui seront, eux, contraints de demeurer dans leurs gourbis. Si c'est ça, être de gauche, alors j'en suis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on est pauvre on n'a pas de voiture. Maintenant j'en connais des "pauvres" en voiture, pas foutu de se passer de sa voiture pour faire ses courses ou aller au tabac à 500 m.

      Supprimer
  2. Sinon, plus sérieusement, ce que vous proposez (il suffit de… il suffit de…), c'est un vrai petit manuel de soumission devant n'importe quel injonction de n'importe quelle dictature : là, l'anarchiste de droite que je suis n'est plus d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Proposer quoi? Des aides? Ces abrutis se plaignent parce qu'il faut payer son carburant, parce qu'on ne peut plus rouler au-dessus des vitesses limites, parce qu'on ne peut plus se garer dans Paris, parce qu'en moto on ne peut plus rouler sur les trottoirs. Que du ouin-ouin.
      Les mêmes gueulent parce qu'il y a de plus en plus de pollution mais ils s'en branlent quand ils prennent leur SUV pour aller chez Carrouf faire les courses en troupeau, les mêmes qui ont tué leur centre-ville.

      Supprimer
  3. stop à la stigmatisation des bretons ! Ils ont le droit d'être cons comme les autres.

    par ailleurs, étant moi-même quinquagénaire (et non cinquantemachin) j'emmerde copieusement les trentenaires !

    RépondreSupprimer
  4. Jeunes cons, vieux cons....On connait la chanson.:-)
    Le mieux est de jauger tous les arguments:
    http://transports.blog.lemonde.fr/2018/11/03/prix-carburant-facture-etalement-urbain/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand il est question de carburant, jauger me paraît en effet la moindre des choses à faire…

      Supprimer
  5. Rêvons un peu, avec l'essence sera à 10 euros le litre, on mettra du cognac dans les bagnoles, ça sentira bon et on pourra prendre des mufflées avec sa bagnole... et on sauvera les viticulteurs français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lers viticulteurs de Cognac n’ont pas besoin de ça pour se faire un tas de pognon...

      Supprimer
  6. Tiens, je viens de tomber sur un texte dont j'ai extrait ce qui suit, pensant que ça vous amuserait :

    « […] à peu près personne ne réclame qu’on lutte contre la pollution d’un air déjà fort propre : ceux qui réclament qu’on lutte sont le noyau de bobos éco-conscients syntonisés avec Gaïa qui habitent à 300 m de leur lieu de travail, vivent dans des grandes villes aux transports en commun déficitaires payés par la collectivité, et qui ne se déplacent en voiture que lorsqu’un Uber vient les prendre en bas de chez eux pour les amener au Starbucks le plus proche où ils dégusteront un petit moccacino bio Guatemala Antigua arômes cacao, caramel et noisette en y touillant leur tringle en bambou biodégradable et en se moquant des culs-terreux de province. »

    RépondreSupprimer
  7. Hop, pour information j'ai complété le CV de cette ectoplasme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où ça ?

      (Et on dit UN ectoplasme ! Vous n'allez quand même pas, vous aussi, vous mettre à féminiser les mots, si ?)

      Supprimer
    2. Ah non pas du tout, j'ai fauté!

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons