Confinement jour n+1



Ne comptez pas sur moi pour commencer un journal du confinement, je n'y arriverai pas et je n'aurais pas le talent de mes copains pour raconter ma vie qui ressemble à beaucoup d'autres.

Ma vie est simple, je suis en télétravail depuis lundi 16 mars, mon épouse est en arrêt depuis la même date et mes 3 enfants nous font vivre un peu l'enfer depuis ce putain de 16 mars.

Le télétravail, ça va, j'ai l'habitude et mon entreprise est au top depuis longtemps pour ça. Contrairement à mes collègues qui habitent loin, je ne me mettais en télétravail que pour garder un enfant malade, je n'aimais pas particulièrement cela parce que j'ai la chance de travailler à proximité et que je supportais pas de commencer ma journée sans prendre l'air à vélo. 

En ce moment, forcément, le vélo, mes vélos, ils rouillent. Le seul exercice physique consiste à sortir le midi pour aller à la superette à coté de chez moi. Le confinement me repose globalement, j'en avais, je crois, le plus grand besoin dernièrement, l'avantage du télétravail et du confinement c'est que j'étale ma journée de boulot après une petite grasse matinée dans le silence, c'est chouette. 

Je suis devenu le professeur principal du plus grand et la maitresse de mes deux plus petits, c'est sympa par coté parce que les systèmes mis en ligne fonctionnent plutôt bien mais j'espère que cela ne durera pas, le cumul des emplois n'est pas pour moi.

Le pire c'est qu'avec ces conneries j'ai trouvé le moyen de prendre des kilos, sans doute à cause  de l'actualité anxiogène et les apéros pour oublier ce merdier.
Et je précise que je ne mange pas de PQ contrairement aux abrutis qui dévalisent les supermarchés.

Commentaires

  1. A la superette tous les jours ? C'est pas bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prefere y aller tous les jours pour marcher et acheter deux-trois bricoles que de prendre la bagnole et rester une fois 1h dans une grande surface.

      Supprimer
  2. Il est faux de dire que les supermarchés sont "dévalisés", dans la mesure où les gens paient leurs achats.

    Il n'en demeure pas moins que les collectionneurs de rouleaux ouatés sont en effet des abrutis.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Posts les plus consultés de ce blog

100 km à la ronde

La machine à faire des rébus

Manche à couilles