Les Chansons de l'innocence retrouvée



Impossible de trouver dans le métro l'affiche du nouvel album d'Etienne Daho sans bandeau publicitaire cache nénés, la RATP ayant décidé de pratiquer sa propre censure pour, je suppose, ne pas choquer les âmes sensibles, les féministes, les pitis n'enfants ou le reste de veilleurs qui resteraient sur Paris. 
On dit aussi que Polydor, sa maison de disque et label d'Universal Music, l'aurait elle même censurée en accusant la Régie pour être tranquille et pouvoir mettre un bandeau sans passer pour des vieux cons. Bref, Etienne Daho bénéficie d'une bonne publicité autour de son nouvel album mais ça ne me dérange pas, je l'aime bien ce type, et sa jolie nana aussi. 


Commentaires

  1. Moi aussi je l'aime bien mais il n'a pas besoin d'une "jolie nana" pour se faire de la pub !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non bien sûr, je pense que ce n'était pas l'effet recherché. Son album était de toute façon "attendu".

      Supprimer

Publier un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Posts les plus consultés de ce blog

La machine à faire des rébus

100 km à la ronde

Merci Anne pour ce moment