vendredi 26 avril 2019

Immanence et transcendance de la macronbilité

A part prendre 4 ou 5 apéritifs (voire un peu plus tout de même) pour me mettre en condition comme je le disais dans ma réponse adressée à mon camarade Marco, je suis incapable d'expliquer ce charabia à jeun. 

Les collègues du président Macron n'ont pas tout suivi non  plus apparement (photos via @DidierMaisto). 





Malgré tout j'ai pensé aux paroles de cette magnifique chanson d'un (faux) groupe français qui n'existe plus (RIP Michel Sardou en passant):

L'hémorragie de tes désirs
S'est éclipsée sous l'azur bleu dérisoire
Du temps qui se passe
Contre duquel on ne peut rien

Être ou ne pas être
Telle est la question sinusoïdale
De l'anachorète
Hypocondriaque

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Destituées
Et vice et versa
Il faut que tu arriveras
A laminer tes rancœurs dialectiques
Même si je suis con...
... vaincu que c'est très difficile

Mais comme moi, dis-toi
Qu'il est tellement plus mieux
D'éradiquer les tentacules de la déréliction
Et tout deviendra clair

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Destituées
Et vice et versa

Où allons nous?
D'où venons nous?
J'ignore de le savoir
Mais ce que je n'ignore pas de le savoir
C'est que le bonheur
Est à deux doigts de tes pieds
Et que la simplicité réside dans l'alcôve
Bleue, jaune, mauve et insoupçonnée
De nos rêveries
Mauves et bleues et jaunes et pourpres
Et paraboliques
Et vice et versa

Mais tu dis (mais tu dis)
Que le bonheur est irréductible
Et je dis (et il dit)
Que ton espoir n'est pas si désespéré
A condition d'analyser
Que l'absolu ne doit pas être annihilé
Par l'illusoire précarité
De nos amours
Et qu'il ne faut pas cautionner
L'irréalité
Sous des aspérités absentes
Et désenchantées
De nos pensées iconoclastes
Et désoxydées
Par nos désirs excommuniés
De la fatalité
Destituée
Et vice et versa

4 commentaires :

  1. Moi, ce que je me demande, c'est à quoi pourrait bien ressembler une immanence incomplète.

    Cela dit, pour revenir à votre titre, je crois que j'aurais préféré "macronibilité". C'est que c'est tout un art, le néologisme !

    RépondreSupprimer
  2. Normalement C'est une phrase livrée avec un paracétamol 1000...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Twingly BlogRank Licence Creative Commons