Liberté chérie

Au cinquième jour de déconfinement la circulation motorisée est revenue à son niveau d'avant, c'est à dire pénible. C'est monté crescendo mais c'est devenu flagrant dès le deuxième jour, les gens qui sortaient du confinement chez eux ont vite repris leur mauvaise habitude pour se confiner avec jouissance dans leur chère voiture chérie pour aller se confiner dans les boutiques. 

C'est la notion de liberté ancrée dans leur tête de piaf depuis des décennies quand on leur a fait croire qu'être propriétaire d'un crédit à quatre roues donnait la liberté de s'endetter dans une maison loin de son travail et de pouvoir finir gilet jaune pour gueuler comme un beauf sur le prix du carburant qui empêche de partir l'hiver en vacances au ski parce que l'argent et ben, il est cher finalement.

Bref, les crevures en voiture, et en moto, sont de retour et sont plus désagréables qu'avant, ils puent toujours autant du pot et font toujours autant de bruit mais ils se vengent sur la route et dans les rues des villes à rouler vite comme si la sensation du pied sur l'accélérateur était comparable avec le retour à la seringue d'un junkie en manque.


Commentaires

  1. J'aime beaucoup votre "fixette" sur la bagnole : j'ai un peu l'impression de relire un vieux "Charlie Hebdo" ou "La Gueule ouverte" des années soixante-dix !

    Cela étant, si l'on circule effectivement EN voiture, on roule À moto…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je supporte de moins en moins l'impunité sur les routes et en ville.

      Supprimer

Publier un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Posts les plus consultés de ce blog

100 km à la ronde

La machine à faire des rébus

Manche à couilles