Crève charogne



"Vous cherchez quoi au juste qu’a force de craquer je comette l’irréparable je suis quelqu’un de violent depuis tout jeune [...] si je commet un acte violent on va dire c’est un terroriste Jawad mais mort de rire".

Ce crevard s'imagine que sa pauvre lettre envoyée au juge d'instruction va faire bouger les choses, il ose en plus faire du chantage au Bescherelle.
Oui mort de rire les attentats et les morts, tu peux commettre l’irréparable et te pendre par les couilles, on ne te regrettera pas.

Commentaires

Publier un commentaire

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables ou insultants seront supprimés.

Posts les plus consultés de ce blog

100 km à la ronde

Manche à couilles

La machine à faire des rébus